Lynyrd Skynyrd au Palais des sports (Paris)

Samedi 16 Mai 2015

Le samedi 25 avril 2015, le palais des sports de Paris accueillait la grande messe du rock sudiste, célébrée par son plus fameux représentant : Lynyrd Skynyrd.


Il y avait foule ce soir là au Palais des sports de Paris. Les fidèles étaient aux rendez-vous. La plupart avait le look biker. Longues barbes, tatouages et drapeaux confédérés. Une ambiance qui n'a pas dû dépayser les membres de Lynyrd Skynyrd qui ont fait une entrée en scène triomphale sur le « Thunderstruck » d'ACDC. Désireux de se rapprocher de son public français, le groupe a, lui, adopté le drapeau tricolore. Le chanteur Johnny Van Zant l'a attaché à son micro et en a collé un autre, plus petit, sur sa poitrine.

Originaires du nord de la Floride, Lynyrd Skynyrd joue un blues rock électrique, fusion entre le blues traditionnel et le rock psychédélique. La musique simple et efficace de petits blancs du sud. Et ça marche. Le groupe s'est construit un répertoire, tout au long des années 70 et aussi un peu après, qu'il joue avec une belle énergie. Autour du chanteur Johnny Van Zant, trois guitaristes font feu en même temps parmi lesquels Gary Rossington, seul survivant de la formation originale, et Rickey Medlocke, connu pour avoir été le leader du groupe Blackfoot. Avec eux, un bassiste adepte des chapeaux excentriques, un pianiste et un redoutable batteur.

Le spectacle est bien rodé et le groupe aligne ses meilleurs morceaux « Working for MCA », « I Ain't the One », « Gimme Three Steps », « Saturday Night Special », « Call Me the Breeze », « What's Your Name », « Tuesday Gone », « That Smell », « Swamp Music », « Simple Man » avant d'achever son set sur le classique « Sweet Home Alabama ». Le rappel sera lui, réservé au second grand classique du groupe, « Freebird », douce ballade qui se transforme en rock sur lequel les solos de guitares électriques fusionnent à n'en plus finir. Un morceau de bravoure d'une quinzaine de minutes qui a lui seul valait le déplacement.


Partager cet article : Bookmark and Share

Boris Plantier