Urbex : exploration urbaine dans des lieux abandonnés de France

Lundi 10 Avril 2017

Interview. Auteur du site web Glauqueland et du livre « Urbex : 50 lieux secrets et abandonnés en France », publié aux éditions Arthaud, Timothy Hannem m'a parlé de ses souvenirs d'explorations urbaines les plus marquants.


Ces lieux abandonnés dégagent une atmosphère « Walking Dead ». Ressent-on une inquiétude, une tension sur place ?

Cela dépend des endroits. En général, c’est lors de l’entrée qu’il peut y avoir un peu de tension. Escalader un mur, passer dans un trou de grillage, tout cela sans se faire voir s’il y a un vis-à-vis, oui, des fois c’est tendu… Mais une fois entré, on est dans la grande majorité des cas très tranquille. Bon, si on est dans un manoir pas trop dégradé avec un panneau « Attention Chiens Méchants » fixé à la grille, le tout dans une zone « Voisins Vigilants », cela peut créer un stress, un stress que l’on n’éprouvera par contre pas du tout dans un manoir à l’abandon depuis 50 ans au fin fond de la campagne. Après, les lieux en eux-mêmes peuvent créer une tension de part leur état. Il m’est arrivé de marcher à certains endroits en me raccrochant à ce que je pouvais au cas où le plancher s’effondrerait sous mes pieds.

Mais mis à part la tension liée à l’illégalité de la pratique et la tension physique liée à l’état délabré de certains lieux, je n’ai jamais ressenti de tension à la « Walking Dead ». Quand une porte ou une fenêtre claque, je sursaute comme tout le monde, mais je sais aussi qu’il est évident que ce genre de chose arrive dans un lieu où les courants d’air sont légion. Ne regardant plus de films d’horreur ou d’épouvante depuis un moment, je ne pense donc pas à des choses «flippantes» ou «horrifiques» en visitant un lieu. Quand on visite des lieux de ce genre le cerveau a tendance à tourner à toute vitesse, mais comme j’apprécie beaucoup le silence de ces lieux et le fait d’être tranquille en dehors de la société le temps d’une visite, je me sens en fait très serein, et même heureux. Le fait que je cherche aussi à connaître l’histoire de ces lieux et pourquoi ils ont été abandonnés (intérêt historique, architectural etc) ne laisse également pas beaucoup de place à l’aspect «flippant» de la chose, du moins en ce qui me concerne.

Quels conseils donneriez-vous à un explorateur débutant ? Quels sont les dangers ?

La même chose que si on devait faire une randonnée seul en forêt : chaussures de marches, de quoi manger (au cas où), une lampe, avoir son téléphone chargé à fond, prévenir un proche de où l’on va, à quelle heure on compte rentrer etc. Les dangers sont multiples : passer à travers un plancher si l’on n’est pas prudent, tomber dans un trou et ne pas pouvoir remonter, se blesser en marchant sur un clou rouillé etc. Le coté «wahou» des photos que l’on voit un peu partout peut laisser penser que c’est facile et sans risque : dans la réalité ce n’est pas aussi simple. Il m’est arrivé de rebrousser chemin quand ça devenait trop dangereux, et il y a malheureusement eu quelques décès récemment, même si les personnes en question sont jeunes et ont pris des risques insensés que ne prendraient jamais des explorateurs expérimentés.

Certains lieux vous ont-ils semblé hantés ?

De part leur aspect, certains lieux ont véritablement l’air hantés. Quand je visite certains manoirs je pense immédiatement à des films comme Halloween, Ça, Blair Witch etc. Pour autant, comme je m’intéresse surtout à l’histoire du lieu, je vois l’aspect «hanté», mais j’imagine surtout le lieu avant qu’il ne soit devenu comme ça, car je cherche à savoir pourquoi il a fini dans cet état. Du coup, à force de revenir le visiter, je m’y attache, et le lieu ne m’apparaît plus du tout comme une maison hantée mais comme une pauvre bâtisse qui ne méritait pas ce qui lui est arrivé. A force, je me suis pris d’affection pour certains endroits, j’aime montrer qu’ils sont encore un peu vivants avec la nature autour, au printemps, en automne, en hiver etc.

Je me suis toujours fixé comme règle de retranscrire le plus honnêtement possible ce que je ressentais en visitant ces lieux et en plus de quinze années d’exploration il ne m’est rien arrivé d’étrange, mais je reste ouvert : si un jour il m’arrive un truc, j’en parlerai. Mon opinion là-dessus est que tout ça, c’est surtout dans la tête, et à chaque fois je repense à une scène dans l’Empire Contre-Attaque. Avant d’entrer dans une grotte un peu lugubre, Luke Skywalker demande à Yoda ce qu’il y trouvera. Yoda lui réponds : «Ce que tu y apporteras.» J’aime beaucoup cette réponse.

Y a t-il des lieux dans lesquels vous vous êtes senti particulièrement bien ou que vous avez trouvés très inspirants ?

Dernièrement je suis allé visiter un château que je comptais explorer depuis des années. Seul souci : il était situé à un peu plus de trois heures de route de chez moi, et pour y accéder il n’y avait qu’une seule solution : disposer d’un bateau pour traverser l’eau entourant l’édifice, la porte du pont étant lourdement cadenassée. Ayant acheté un canoë gonflable à une amie exploratrice, et après avoir motivé des collègues explorateurs pour tenter la traversée, nous avons pu enfin visiter l’intérieur de ce lieu, et ce fut sublime.

La difficulté d’accès fait que le site, bien que très ruiné, est magnifique à explorer. Pas un tag, pas un graphe, pas de dégradations autres que celles infligées par l’incendie survenu il y a un peu plus de 80 ans. Des pierres blanches lavées par des années et des années de pluie, des arbres poussant sur les pierres, un escalier en colimaçon magnifique, de petites statues par endroits… C’était comme visiter un temple envahi par la végétation. Le fait que le lieu soit difficile d’accès fait que nous nous sentions chanceux d’être là, et surtout, bien en sécurité, tout le monde ne pouvant pas débarquer sur place pour nous gêner ou nous demander de sortir.

Quelle a été votre découverte la plus excitante en visitant ces lieux ?

Un jour je suis venu visiter avec des amis une très petite île (artificielle) située sur un lac derrière un grand manoir. Comme pour le château cité ci-dessus, poser le pied sur cette île est impossible à moyen d'avoir un canoë ou une grenouillère. Étant venus avec un petit bateau gonflable, nous avons traversé l'eau vaseuse et avons enfin pu toucher les fameuses colonnes (visibles depuis la rive) qui font que j'ai inventé le nom fictif «Domaine des III Colonnes». Mais nous avons aussi vu autre chose : nous avons découvert une statue encore debout, dont nous ignorions totalement l'existence, la végétation étant très forte à cet endroit. Découvrir cette statue couverte de lierre est probablement mon meilleur souvenir d'exploration urbaine. La beauté de l'automne, la camaraderie, la belle surprise, le plaisir de devoir raconter cela en détails sur mon site et que les gens partagent la même émotion… Une très belle découverte !

Le château lumière est magnifiquement conservé. Trouver un lieu dans cet état est-il rare ?

Trouver un lieu de ce genre, si l’on est effectivement le premier à le trouver et à le visiter, est vraiment rare et demande pas mal de recherche, ou de chance, car des fois on trouver des lieux par hasard. Le fait que ce château soit aussi bien conservé alors qu’il est visité depuis des années par les gens du coin (et les explorateurs) est assez exceptionnel. A force de fréquentation, il arrive cependant qu’il prenne cher. Miroir brisé, tapis rouge qui disparaît… C’est une des raisons qui font que les localisations ne sont pas données.

Les lieux présentés dans ce livre sont en France. Avez-vous fait des explorations à l'étranger ? Y a t'il des pays particulièrement propices à l'urbex ?


J’ai fait quelques explorations à l’étranger quand un lieu n’était pas très loin de là où j’étais en vacances à ce moment-là, mais je ne suis jamais sorti de France exprès pour ça. Il y a trois mois j’ai signé pour un deuxième livre « URBEX », et cette fois-ci la moitié des lieux présentés seront situés en Europe, donc j’ai quelques déplacements « urbex » de prévus, ce qui est nouveau pour moi.

Je ne sais pas si il y a des pays plus propices que d’autres, en fait cela dépends des lieux que l’on veut visiter. En Belgique il y a de très nombreuses usines à l’abandon, en Ecosse ce sont plutôt des châteaux, dans les pays de l’est ce sera plutôt des choses militaires, pour l’Europe du sud c’est très varié…

Que s'est-il passé avec l'orphelinat sans avenir ? Pourquoi cet endroit vous a-t-il particulièrement inspiré ?

Quelqu'un m'a écrit en 2007 pour me parler de ce lieu. Après m’être rendu sur place j’ai, publié un petit reportage en BD qui racontait mon aventure. Une semaine plus tard, des gens se sont mis à commenter la mini-BD, des gens qui étaient enfants à l'époque ou cet orphelinat était en activité, et adultes aujourd'hui. Ne connaissant rien à l'histoire du lieu, je pris contact avec l'un de ces ex-pensionnaires, et il me fit une visite complète, m'indiquant à quoi servait telle ou telle pièce, et surtout, pourquoi le lieu avait fermé.

Fondé en 1974, un conflit du personnel éclata en 1987. Une grève eut lieu, et le personnel dut affronter des menaces de la part des responsables du site, pneus crevés etc. La situation atteint son apogée dans la nuit du 13 Janvier 1988 à 4h du matin : armés de matraques et de pioches, le service d'ordre de la CGT (à qui appartenait le lieu) mis tout le monde dehors. Personnel éducatif, mais aussi les enfants ! Des orphelins qui avaient trouvé là une nouvelle famille furent mis à la porte, on leur jeta un sac poubelle pour qu'ils y mettent leurs affaires, et ouste, dehors. Certains allèrent se réfugier à la DDASS, d'autres à la Gendarmerie, d'autres s'enfuirent... Le travail de plusieurs années fut détruit en une nuit, et ça, il n'y avait aucun moyen de le savoir en visitant le site 19 ans plus tard.

Un des anciens pensionnaires m'envoya un article de journal à ce sujet, le seul existant à ma connaissance. Le poster sur mon site afin que la mémoire de ce lieu ne disparaisse pas est une grande fierté, et une expérience humaine très enrichissante qui m'a permis de mieux comprendre que, derrière l’aspect «hanté» de ces lieux, auquel on pourrait facilement s’arrêter, il y a des vies humaines.

Urbex :50 lieux secrets et abandonnés en France, Timothy Hannem, Arthaud, 2016.

Et aussi le site Glauqueland

Urbex : exploration urbaine dans des lieux abandonnés de France

Partager cet article :Bookmark and Share


Boris Plantier