Toto au Zénith de Paris

Lundi 23 Avril 2007

Le lundi 26 mars 2007 au Zénith de Paris, Toto était de retour pour l’enregistrement du DVD de son triomphal « Falling In Between Tour ». Le concert fut bon mais sans plus. Toto n’était plus tout à fait Toto ce soir là.


Toto au Zénith de Paris
La chanteuse Skye qui fêtait ses 30 ans et la sortie de son premier album Appaloosa a assuré la première partie. Seule sur scène, Skye chante d'une voix douce, profonde et légèrement éraillée en s'accompagnant à la guitare acoustique. A la voir et surtout à l'écouter, on pense beaucoup à Shawn Colvin. Avec un culot qui impressionne, la chanteuse est parvenue à capter l'attention du public et à le séduire avec de belles reprises (« Johnny Guitar », « Alleluhia ») mais aussi avec ses propres chansons (« Aimer tout », « Soyons sexy », « Il aurait fallu dire oui »).

Après une bonne demi-heure de pause, le show tant attendu de Toto commençait. Toto, qui avait choisi Paris pour enregistrer le DVD de sa tournée, avait décidé de faire les choses en grand : le son était clair et puissant, le rythme soutenu. Derrière Steve Lukather, qui paradait en leader incontesté, alternant bonnes blagues, petits commentaires et solos de guitares impressionnants, le fidèle Simon Phillips à la batterie depuis la mort du légendaire Jeff Porcaro, Bobby Kimball le chanteur de la première heure, bien à la peine, le très spectaculaire Greg Phillinganes aux claviers à la place de David Paich, Leland Sklar et sa longue barbe blanche à la basse à la place de Mike Porcaro, et le discret Tony Spinner en deuxième guitariste.

La setlist proposée par Toto faisait la part belle aux derniers albums du groupe avec des chansons souvent musclées par des riffs de guitares agressifs : « Falling In Between », « King Of The World », « Bottom Of Your Soul », « Caught In The Balance », « Don't Chain My Heart », « Taint Your World », « Gypsy Train », « Drag Him To The Roof ». Le concert fut donc placé sous le signe d'un rock bluesy parfois un peu dur. Toto avait décidé de faire bouger le public et y parvint avec succès mais le groupe a quelque peu déçu les fans de la première heure qui préféraient les subtiles mélodies west-coast des premiers albums. A ces malheureux, Toto n'offrit que quelques incontournables : « Pamela », « Hold The Line », « Rosanna », « Africa » ainsi que deux medleys dont le premier fut joué acoustique : « Stop Loving You/I'll Be Over You/Cruel » et « I'll Supply The Love/Isolation/Gift Of Faith/Kingdom Of Desire ».

Les sentiments étaient donc mitigés à la sortie : certes la musique était bonne mais on ne pouvait pas s'empêcher de penser que Toto avait perdu son âme. Cela vient sans doute du manque de cohésion du groupe qui a dû faire face à de nombreux forfaits, ainsi que de l'absence d'un certains nombres de titres qui ont fait la légende de Toto. Mais peut-être était-ce aussi dû au fait que, ce soir-là, Toto semblait plus jouer pour les caméras que pour le public…


© Boris Plantier