Toto au Zénith de Paris, 35th anniversary Tour

Dimanche 16 Juin 2013

Le jeudi 13 juin 2013, Toto fêtait son 35e anniversaire sur la scène du Zénith de Paris. Le public est venu nombreux pour l’occasion, d’autant que Toto bénéficiait du retour de David Paich, l’homme au chapeau haut de forme, pianiste et compositeur de nombreux hits du groupe.


Toto au Zénith de Paris, 35th anniversary Tour
Le retour de Paich a permis de rééquilibrer la musique du groupe qui avait tendance à pencher un peu trop vers le heavy metal lorsque son guitariste Steve Lukather se retrouvait seul maître à bord. Toto retrouvait donc un son plus pop et laissait de côté les démonstrations de prouesses musicales. Pourtant les prodiges ne manquaient pas à commencer par Nathan East à la basse, requin de studio chevronné, embauché pour palier à l’absence de Mike Porcaro.

Toto enregistrait également le retour du chanteur Joseph Williams et le résultat fut prodigieux. Il est important de le signaler car, sur scène, le point faible du groupe californien a toujours était son chanteur. On se souviendra du mal de crâne provoqué par la voix aiguë et défaillante de Bobby Kimball ou du Kingdom of Desire Tour durant lequel le groupe a renoncé à engager un chanteur, confiant les morceaux les plus difficiles à interpréter à ses choristes. Avec un chanteur tel que Joseph Williams, la musique de Toto retrouve toute sa magie, surtout que Williams s’est fait un plaisir de chanter ses grandes chansons de l’album The Seventh One : « Pamela », « Stop Loving You » et, pour le rappel, « Home of the Brave ». Ces trois chansons étaient sans doute les moments les plus forts du spectacle qui a vu le groupe revisiter toute sa carrière. Il y eu bien sûr quelques uns de ses grands succès (« I‘ll Be Over You », « I Won‘t Hold You Back Now », « Rosanna », « Africa », « Hold the Line ») mais surtout bon nombre de morceaux que Toto ne jouait plus que très rarement, voire même qu’il n’avait jamais joué sur scène (« On the Run/Goodbye Elenore », « Goin’ Home », « Hydra », « St. George and the Dragon », « It’s a Feeling », « Wings of Time », « 99 », « White Sister », « How Many Times »). Le groupe tenait la forme et fidèle à lui-même, le guitariste Steve Lukather ne pouvait s’empêcher de jouer les « entertainers » avec des blagues telles que « « 99 », la position sexuelle préférée de David Paich ».

Toto semble avoir mis un point final à sa discographie mais à entendre le groupe ce soir-là, on se dit que ce serait une merveilleuse idée qu’il retourne en studio avec David Paich et Jospeh Williams pour enregistrer un nouvel album.


Bookmark and Share

Boris Plantier