The Temptations au Bataclan (Paris)

Samedi 1 Avril 2006

Le samedi 18 mars au Bataclan se tenait la 4e Groove’n’Funky Night avec un programme très axé Motown : Kim Weston, Lonnie Liston Smith et The Temptations. Soirée très réussie et merveilleux voyage dans le temps pour les heureux spectateurs présents.


The Temptations au Bataclan (Paris)
Kim Weston est la première à entrer en scène. La chanteuse s'était fait connaître à la fin des années 60 grâce au hit « It Takes Two » en duo avec Marvin Gaye. Près de 40 ans plus tard, Kim Weston a épaissi et sa voix est devenue bien grave. Mais il fallait bien s'y attendre...… Elle a bien sûr repris « It Takes Two », avec un jeune chanteur venu remplacer le défunt Marvin Gaye, et a proposé deux ou trois chansons pour midinette ainsi que des gospels. C'est dans ce dernier exercice que Kim Weston s'en ait le mieux tiré, poussant l'assistance à chantonner de timides « alléluia ». Rien d'étonnant à cela puisque c'est par le gospel qu'elle est venue à la chanson.

Deuxième partie radicalement différente avec Lonnie Liston Smith, as du clavier et ancien compagnon de route de Miles Davis. Avec pour l'accompagner un batteur, un bassiste et un percussionniste-chanteur très inspiré, Smith a joué un jazz fusion planant, typique des années 70 avec son synthé Fender Rhodes au son irrésistible. Aux longs instrumentaux durant lesquels l'âme s'échappe du corps, succèdent de courtes parties chantées avec une voix douce et aiguë qui rappelle celle de Philip Bailey (Earth, Wind & Fire). On retiendra notamment le magnifique « Starlight and You ».

Enfin vient le clou du spectacle. The Temptations, menés par l'omniprésent Damon Harris. Cinq chanteurs tout de blanc vêtus exécutant des chorégraphies synchronisées avec des moulinets de bras à faire pâlir de jalousie les Claudettes. Derrière eux, une solide formation composée d'une section cuivre (saxo alto, saxo ténor, trompette et trombone), d'un synthé, d'une guitare, d'une basse et d'une batterie. Tout commence par le bien nommé « Get Ready » et les hits s'enchaînent pendant une heure trente. Les doo-wop de la première période d'abord comme « You're My Everything » ou un « I Wish It Would Rain » d'une bonne quinzaine de minutes durant lesquelles Damon Harris sollicite le public. C'est à qui chantera le plus fort des « riches », assis au balcon, ou du petit peuple, debout dans la fosse. Le public est chaud, il réclame « Masterpiece » et l'obtient. On entre dans la partie psychédélique de la carrière des Temptations. Le morceau dure 20 minutes et chaque musicien est présenté avant de se lancer dans un solo de grande classe. Les ovations fusent. Damon Harris qui est un entertainer hors pair calme alors un peu l'ambiance. La musique se fait douce et le chanteur rend hommage à ses illustres prédécesseurs au sein du groupe avant d'attaquer les trois plus grands hits des Temptations pour un final magistral. D'abord « Just My Imagination », magnifique ballade, puis le dansant « Papa Was a Rolling Stone ». Arrive alors la surprise de la soirée, Damon Harris en maître de cérémonie fait monter sur la scène une ravissante jeune femme qui s'avère être l'amie du trompettiste. Celui-ci s'avance sur le devant de la scène, s'agenouille et la demande en mariage. C'est du grand show à l'américaine, on se croirait presque dans un épisode de « La Croisière s'amuse ». C'est à ce moment que retentit cette introduction à la guitare, reconnaissable entre mille. « My Girl », le classique éternel des Temptations et de la Tamla Motown, leur légendaire maison de disque.

Quelle soirée ! Il sera difficile de mettre la barre plus haut. Nous attendrons néanmoins avec impatience le programme de la prochaine Groove'n'Funky Night.


© Boris Plantier