Tanya Tucker

Dimanche 31 Juillet 2011

Enfant star de la country music dans les années 70, Tanya Tucker sombre dans les années 80 accumulant tous les excès avant de faire un retour triomphal et de s’installer durablement comme une valeur sûre du genre grâce à une voix irrésistible.


Tanya Tucker est née le 10 octobre 1958 au Texas. Ses parents sont pauvres mais elle vit une enfance heureuse au Texas puis en Arizona. Son père qui veut faire d’elle une chanteuse country la fait participer à de nombreux spectacles et tente d’obtenir un contrat avec une maison de disque pour elle mais personne n’est prêt à miser sur une enfant. Elle participe aussi à une émission de télévision pour enfants et obtient un petit rôle dans le film Jeremiah Johnson avec Robert Redford. Ses parents (et surtout son père) qui ne renoncent pas décident finalement de s’installer à Las Vegas pour lancer la carrière de leur fille et en 1972, à l’âge de 13 ans, elle enregistre son premier disque « Delta Dawn » avec le producteur Billy Sherrill pour Columbia Records. La chanson connaît un grand succès et la lolita de la country music monte en puissance avec les hits « What’s Your Mama’s Name », « Blood Red and Goin’ Down » et « Would You Lay with Me ». Elvis Presley voit en elle le Elvis féminin et le magazine Rolling Stone met sa photo en couverture avec la citation « Je suis Tanya Tucker, j’ai 15 ans, et vous allez entendre parler de moi ».

En 1978, Tanya Tucker veut mettre du rock dans sa country et part à Los Angeles. La jeune fille devient une femme sexy et enregistre l’album TNT. Le disque se vendra très bien mais déconnecte l’artiste de Nashville, le petit monde de la country music n’appréciant pas du tout cette évolution de carrière. Nashville n’était sans doute pas encore prête à cela. Tanya Tucker garde un très mauvais souvenir de ce disque qu’elle juge désormais très sévèrement : « C’est sans doute l’un des pires albums que j’ai jamais enregistré » déclare t-elle dans une interview en 1996 (*). A cette époque, Tanya Tucker mène une vie agitée à Los Angeles, allant de fête en fête accompagnée de people tels que Cher, Don Johnson, Jan-Michael Vincent ou Merle Hagard. Elle passe une décennie d’excès (alcool, drogue) marquée par une liaison orageuse avec le chanteur country Glen Campbell, de 23 ans son aîné. Celle que l’on surnomme la « Texas Tornado » fait souvent la Une des tabloïds, fait quelques apparitions dans des films et séries télévisées telles que La Croisière s’amuse et L’Ile fantastique mais semble alors perdue pour la musique.

La carrière de Tanya Tucker repart pourtant en 1986 lorsqu’elle signe avec Capitol Records. L’album Girls Like Me connaît un grand succès et lui offre trois gros hits : « I Won’t Take Less Than Your Love », « If It Don’t Come Easy » et « Strong Enough to Bend ». La chanteuse fait une cure de désintoxication et devient l’un des moteurs de la musique country des années 90, décennie qui démarre avec sa première récompense : le CMA award de la meilleure chanteuse country de l’année en 1991.

A la fin des années 90, la carrière de Tanya Tucker décline un peu mais la chanteuse demeure très active. Elle participe à des compétitions d’équitation, lance une collection de vêtements, une marque de sauces, une collection de poupées en porcelaine, des vidéos d'aérobic et écrit deux livres dont son autobiographie intitulée Nickel Dreams : My Life (1997) qui fut un best-seller aux Etats-Unis. Elle s’occupe surtout de ses trois enfants qu’elle élève seule entre son immense ranch près de Nashville et sa villa à Malibu, activité qu’elle montre à toute l’Amérique durant deux saisons dans l’émission de téléréalité Tuckerville. Tanya Tucker continue aussi à tourner et à enregistrer des disques. Et même si ceux-ci sortent désormais sous son propre label, Tuckertime Records,, la chanteuse est toujours aussi ambitieuse, déclarant dans une interview en 2006 : « J’adorerais qu’il y ait l’un de mes albums dans chaque maison aux États-Unis maintenant. On les considèrerait comme quelque chose d’essentiel comme du papier toilette ». (**)

La sœur de Tanya Tucker, La Costa Tucker a aussi enregistré quelques albums dans les années 70 avant de laisser tomber, faute de succès malgré un premier album remarqué.

Bibliographie :
Livres
- Nickel Dreams : My Life, Tanya Tucker with Patsi Bale Cox, Hyperion, New York, 1997.
- Guide la country Music, Gérard Herzhaft & Jacques Brémond, Fayard, 1999.
Articles
- Tanya Tucker returns to centre stage, Adrian Chamberlain, Vancouver Sun, 3 mai 2008.
- Tanya Tucker still hungers for success, Nathalie Baret, Albuquerque Journal, 16 juin 2006.
- Singer a rebel before her time: Pioneering Tanya Tucker turned country music on its ear in '70s, Rob Williams, Winnipeg Free Press, 29 mars 2006. (**)
- Tucker takes break from reality, Laura Carpenter, Anchorage Daily News, 2 septembre 2005.
- Tanya Tucker stays true to her first love: music, Jane Holahan, Lancaster New Era, 21 février 2002.
- Tanya's still tucker tough but the scars show, Barbara Novovitch, Reuters News, 24 avril 1997.
- A new dawn: Tanya Tucker's roller-coaster life is going up again, Mario Tarradell, The Milwaukee Journal Sentinel, 17 avril 1997.
- The Girl can't help it: Nashville hellion Tanya Tucker comes clean in a new autobiography and breathtaking CD, Karen Scheomer, Newsweek, 14 avril 1997.
- Tanya Tucker: Beyond her years, Eric Deggans, St. Petersburg Times, 2 septembre 1996. (*)

A propos de Tanya Tucker :

== CD ==
Tennessee Woman (1990)


Bookmark and Share


Boris Plantier