Survivor

Dimanche 11 Février 2007

Pour beaucoup, la carrière de Survivor se résume à « Eye of the Tiger » et « Burning Heart », les chansons des films Rocky 3 et Rocky 4. Ce groupe originaire de Chicago, connu pour son rock mélodique mais musclé, est pourtant l’un des joyaux du rock FM des années 80.


Survivor
Formé en 1977 à Chicago par le claviériste Jim Peterik, le guitariste Frank Sullivan et le chanteur David Bickler, auquel il faut ajouter le batteur Gary Smith et le bassiste Dennis Keith Johnson. Tous avaient déjà une certaine expérience mais seul Jim Peterik avait déjà connu le succès dix ans plus tôt avec le groupe Ides of March, classant notamment un titre (« Vehicle ») à la deuxième position des Charts US en 1970.

Survivor signe chez Scotti Brothers et enregistre, en 1980, un premier album, plutôt bien accueilli, dont est extrait le single « Somewhere in America » (# 70). Pour son second essai, le groupe remplace Gary Smith par Marc Droubay et Dennis Keith Johnson par Stephan Ellis. Premonition paraît en 1981 et « Poorman's Son » (# 33) puis « Summer Nights » (# 62) connaissent un succès d'estime.

En 1982, Sylvester Stallone qui apprécie le travail du groupe lui commande une chanson qui ait du punch pour son film Rocky 3. Sly sera servi. Survivor écrit « Eye of the Tiger », une chanson qui resta six semaines à la première place des Charts US et qui rugit encore sur les ondes des radios du monde entier. « Eye of the Tiger » remporte un Grammy et obtient une nomination aux Oscars. L'album intitulé Eye of the Tiger (1982) profite de ce succès tout comme deux autres singles : « American Heartbeat » (# 17) et « The One That Really Matters » (# 74).

Hélas pour Survivor, les années se suivent et ne se ressemblent pas. Caught In the Game, paru en 1983, est un échec tout comme le single « Caught In the Game » (# 77).

Contre toute attente, le groupe va relever la tête avec l'arrivée du chanteur Jim Jamison (ex-Target et Cobra) à la place de David Bickler. Si « The Moment of Truth » (# 63), la chanson du film Karaté Kid, connaît un succès bien modeste en comparaison de celui obtenu par « Eye of the Tiger » deux ans plus tôt, l'album Vital Sign (1984) fait un carton. Il contient les hits « I Can't Hold Back » (# 13), « High On You » (# 8), First Night (# 53) et surtout « The Search Is Over » (# 4), magnifique ballade sur laquelle la voix puissante et profonde de Jim Jamison fait des merveilles. Survivor est de nouveau au top et c'est fort logiquement que Stallone confie au groupe la chanson du film Rocky 4. « Burning Heart » (# 2) devient le deuxième hit mondial de Survivor.

L'apport de Jim Jamison est énorme. Désormais, Survivor a trouvé son line-up idéal et l'album suivant, When Seconds Count (1986) suit la même logique que le précédent et plait tout autant comme le prouve le succès du premier extrait « Is This Love » (# 9). Deux autres singles issus de ce disque entrent dans les Charts US : « How Much Love (# 51) et « Man Against the World » (# 86), et la superbe power ballade « In Good Faith » aurait fait un excellent single. C'est à ce moment que Marc Droubay et Stephan Ellis quittent le groupe. Survivor enregistre donc en trio le très bon album Too Hot to Sleep (1988) qui n'obtient qu'un petit succès. On y trouve pourtant d'excellentes chansons : « Didn't Know It Was Love » (# 61) et « Across the Miles » (# 74), « Desperate Dreams », « Rhythm of the City ».

Le groupe se sépare et seul Jim Jamison obtient un succès significatif avec la chanson « I'm Always Here », générique de la série TV Baywatch (Alerte à Malibu). Il enregistre aussi un album When Love Comes Down.

En 1997, Survivor revient avec Bickler, Sullivan, Ellis et Droubay. Le groupe donne des concerts puis Bickler repart, de nouveau remplacé par Jim Jamison. Le groupe enregistre l'album fourre-tout Empires sous le nom de Jim Jamison's Survivor et prépare un nouveau disque hélas sans Jim Peterik, pourtant omniprésent dans l'écriture des chansons de Survivor.


Bookmark and Share


© Boris Plantier