Strange Fruit : la biographie d'une chanson

Dimanche 14 Février 2010

Dans ce livre concis, David Margolick conte l'histoire d'une chanson engagée qui a contribué à changer le monde : « Strange Fruit ». Admirablement chantée par Billie Holiday, cette chanson qui dénonce les lynchages de Noirs dans le Sud des États-Unis n'a laissé personne indifférent.


Strange Fruit : la biographie d'une chanson
Ce livre raconte l'histoire de « Strange Fruit », la chanson la plus marquante du répertoire de Billie Holiday. La chanteuse de jazz, plutôt habituée à chanter des ballades doucereuses, avait fait sienne cette terrible chanson engagée qui raconte l'horreur d'un lynchage de Noirs dans le Sud des États-Unis, à une époque où une partie des américains toléraient ces crimes. En effet, même si les lynchages étaient devenus rares au moment où la chanson a été écrite, les sénateurs des États du Sud bloquaient systématiquement tous les projets de loi visant à interdire le lynchage.

Billie Holiday a déclaré que cette chanson avait été écrite pour elle et a même écrit dans son autobiographie qu'elle en était l'auteur. Rien de tout cela n'est vrai rappelle l'auteur pour commencer. Cette chanson est l'oeuvre du compositeur Abel Meeropol, sous le nom de plume de Lewis Allan. Meeropol, apprend-on, était un juif blanc, professeur de lettres dans un lycée du Bronx, à New York. Ses idées progressistes l'avait poussé à recueillir puis à adopter les fils d'Ethel et Julius Rosenberg après l'exécution de leurs parents, des communistes américains accusés d'avoir vendu le secret de la bombe atomique aux Russes.

« Strange Fruit » fut interprétée par d'autres avant que Billie Holiday ne la chante pour la première fois au Café Society, un club progressiste, à la demande du patron. Ce dernier a déclaré que Holiday l'avait chantée sans en comprendre le sens. Cette anecdote est confirmée par certains témoignages mais démentie par d'autres. Ce qui est certain c'est que Billie Holiday est la première personne à avoir enregistré la chanson. L'enregistrement se fit en quatre heures, le 20 avril 1939, dans le studio d'enregistrement du label Commodore Records, une petite compagnie politiquement à gauche, Columbia ayant refusé cette chanson de peur de froisser ses clients du Sud. Bien que la chanson fut censurée par la plupart des stations de radio, le disque, un 78 tours, obtint un succès immédiat à sa sortie grâce à l'appui de la presse de gauche.

Billie Holiday ne l'interprétait pas toujours car entendre cette chanson était très éprouvant pour une partie du public. Il était aussi très douloureux pour la chanteuse de la chanter. De nombreux témoins racontent l'émotion qui les a saisi la première fois qu'ils ont entendu Billie Holiday chanter cette chanson. Certains vont même jusqu'à affirmer qu'ils sont hantés par cette expérience. On remarque aussi que peu d'artistes ont osé chanter cette chanson, soit parce qu'ils trouvent vain de se mesurer à Billie Holiday, soit parce que la chanson est trop éprouvante (Dee Dee Bridgewater). Eartha Kitt qui la chantait dans un spectacle dans lequel elle interprétait Billie Holiday a confié combien il était éprouvant de chanter « Strange Fruit ». Enfin, certains artistes qui ont osé l'enregistrer n'ont pas trouvé la force de la chanter sur scène (Tori Amos).


Strange Fruit : la biographie d'une chanson, de David Margolick, Allia, 2009. Traduction de « Strange Fruit », 2000.


Bookmark and Share


© Boris Plantier