Stephen Bishop à l'Espace Pierre Cardin ( Paris)

Mardi 29 Mai 2007

Le mardi 15 mai 2007 Stephen Bishop se produisait à l’Espace Pierre Cardin, belle salle rouge et noire, d’architecture classique mais d’allure moderne. Un récital magnifique donné par un artiste attachant.


Stephen Bishop à l'Espace Pierre Cardin ( Paris)
Stephen Bishop est entré en scène vêtu d'un costume noir, de tennis blanches et d'une incroyable cravate zébrée noire et blanche. Comme à l'accoutumé, l'artiste sait surprendre par ses tenues excentriques. Mais il ne faut pas s'arrêter aux détails vestimentaires, Stephen est un compositeur de talent mais aussi un excellent chanteur. Il le prouve en ouvrant le concert seul. Il chante « Losing Myself In You » en s'accompagnant de sa guitare acoustique, le délicieusement nostalgique « New York In The Fifties » avec un curieux instrument puis « The Same Old Tears ».

Après ces trois morceaux, le pianiste Jim Wilson entre en scène. Auteur de plusieurs disques à succès aux États-Unis, Jim Wilson est un peu le Kenny G des claviers. Sa musique, à la frontière entre jazz et variété, est douce et agréable. Mais ce soir là, le pianiste se contente d'accompagner sobrement Stephen Bishop. Le duo interprète « Walking On Air », « My Clarinette », « Little Italy », « Under The Jamaican Moon », « Bish's Hideaway », « Only The Heart Within You » avant de conclure ce premier set avec la magnifique « Separate Lives » que Stephen Bishop considère comme sa meilleure chanson. On est séduit par cet artiste qui nous émeut par ses belles chansons mélancoliques et le plus souvent autobiographiques qu'il interprète avec une voix si douce. Mais on a aussi beaucoup ri à ses plaisanteries et à ses pitreries : la chanson improvisée en s'accompagnant d'une minuscule guitare jouet ou la série d'imitations (Billy Holiday, Diana Ross, Bob Dylan, Neil Young, Julio Iglesias, Joni Mitchell, The Bee Gees et surtout Supertramp avec un accent indien tel que le prenait Peter Sellers dans le film La Party). Stephen Bishop ne serait-il pas le clown triste de la west-coast ?

Le deuxième set commence par un bel instrumental de Jim Wilson qui laisse rêveur. Arrivent ensuite Stephen Bishop accompagné de deux musiciens français rencontrés le jour même pour la section rythmique (basse, batterie). La musique de Stephen Bishop prend alors plus de profondeur. Les mélodies west-coast se succèdent : « It Might Be You », « Looking For The Right One », « Careless » , « Every Minute » , « One More Night » , « Save It For The Rainy Day » et « On And On ».

Pour l'inévitable rappel, Stephen Bishop chante trois morceaux dont « Madge » et « Never Let Me Go ». L'artiste quitte la scène sous une standing ovation de rigueur avant de retrouver ses fans quelques instants plus tard dans le hall de l'Espace Pierre Cardin pour une séance de dédicaces. Quelle belle soirée !


© Boris Plantier