Stacey Kent aux arènes du Grau-du-Roi

Lundi 13 Août 2012

Le samedi 11 août 2012, Stacey Kent donnait le coup d’envoi de la première édition du festival de jazz du Grau-du-Roi dans des arènes presque vide.


Stacey Kent aux arènes du Grau-du-Roi
Très faible affluence pour le concert de Stacey Kent à qui revenait l‘honneur de donner le coup d‘envoi du premier jazz festival du Grau-du-Roi. Une fréquentation décevante sans doute due au très faible effort de communication fait autour de l’événement. Espérons en tout cas que cela ne remette pas en cause cette belle initiative qui montre que la ville du Grau-du-Roi est capable de proposer une programmation ambitieuse.

En première partie, la chanteuse et guitariste française Elsa Kopf a délivré un set doux et agréable accompagnée d’un guitariste et parfois d’une boite à rythme. Au programme, des chansons en français, en anglais et même en allemand. Parmi les plus remarquables, « Mai en moi » et « Larmes de caramel » ainsi que quelques reprises parfois surprenantes : « Good Morning Little Schoolgirl » de B.B. King, « Riders of the Storm » des Doors et « Magnolias Forever » de Claude François, devenue une très jolie ballade.

Après une pause, ce fut au tour de Stacey Kent de faire son entrée en scène, vêtue d’une robe d’été rouge vif. La chanteuse américaine était accompagnée ce soir là de Jim Tomlinson, son époux, au saxophone, ainsi que d’un batteur, d’un pianiste et d’un contrebassiste. Souriante, décontractée et très locace, Stacey Kent a revisité son répertoire fait de standard du jazz et de la bossa nova mais aussi de la chanson française : « You Can’t Take that Away from Me », Mi Amor », « Waters of March », « Corcovado », « Dreamer », « Ces petits riens », « Raconte-moi… », « So Nice », « Smile », « Samba Saravah » ou encore « Jardin d’hiver ». Egalement présent dans la setlist « The Ice Hotel », une composition de Jim Tomlinson, créée par Stacey Kent, que l’on peut considérer comme un standard du jazz de la décennie passée. Installé lui aussi sur le devant de la scène, Jim Tomlinson est très présent aux côtés de son épouse au point que l’on a parfois l’impression d’assister au concert d’un duo voix/saxophone. Jim Tomlinson s’offre d’ailleurs un bel instrumental durant ce concert avec le célèbre « Alfie » du tandem Burt Bacharach/Hal David.

A la fin du concert, Stacey Kent, radieuse et amicale, est venue à la rencontre de son public et s'est prêtée a une séance de dédicaces.


Bookmark and Share

Boris Plantier