Scorpions à la Fête de l’Humanité

Mardi 16 Septembre 2014

Le samedi 13 septembre 2014, par une belle nuit d’été, Scorpions donnait un concert unique sur la grande scène de la Fête de l’Humanité.


Scorpions est un monument du hard rock. Le groupe allemand a enregistré son premier disque en 1972 et se produit depuis le milieu des années 60. Ce sont des musiciens chevronnés, habitués des grands shows qui ont fait le déplacement jusqu’à la Courneuve spécialement pour l’évènement.

Ce soir-là, comme à son habitude, Scorpions attaque pied au plancher avec le rock « Sting in the Tail ». Le ton est donné. Placé en retrait mais en hauteur, le batteur martèle sa batterie alors que les deux guitaristes et le bassiste se déplace d’un bout à l’autre de la scène en courant. Une performance sportive à laquelle ne participe pas le chanteur Klaus Meine, plus statique et pas toujours à l’aise au niveau du chant dans les refrains.

Assez rapidement, les choses tournent mal. Malgré la débauche d’énergie et les effets pyrotechniques spectaculaires, on s’ennuie. La faute à une setlist décevante. Scorpions enchaîne des chansons mineures de son répertoire comme le mièvre « Holidays » ou le reggae « Is There Anybody There ? ». Le groupe avait choisi de garder le meilleur pour la fin ou en tout cas pour la seconde partie. Après avoir somnolé pendant une heure, le public se réveille avec « Raised on Rock » et les hits arrivent enfin : « Tease Me, Please Me », « Hit Between the Eyes », « Black Out », « Big City Nights », « Send Me an Angel », « The Best is Yet to Come ». Puis en rappel, les incontournables « Still Loving You », « Winds of Change » et « Rock You Like a Hurricane ». Le public est satisfait, la première partie est oubliée et, alors que l’on commence à partir de peur de manquer la dernière navette et surtout le dernier métro, Scorpions remonte sur scène pour une dernière chanson.


Bookmark and Share


Boris Plantier