San Francisco 1965-1970 : les années psychédéliques

Samedi 11 Septembre 2010

Dans San Francisco : 1965-1970, les années psychédéliques, Barney Hoskyns retrace l'histoire de l'épopée du rock psychédélique et de ses artistes phares : Janis Joplin, Quicksilver Messenger Service, Grateful Dead, Jefferson Airplane, Country Joe and The Fish, Moby Grape…


San Francisco 1965-1970 : les années psychédéliques
Le célèbre critique rock Barney Hoskyns, grand connaisseur de la scène californienne, enquête dans ce livre sur les musiciens et les business men qui ont fait de San Francisco le centre du monde durant quelques années. Un livre incontournable pour connaître et comprendre une musique et des musiciens hors du commun.

Il montre d'abord comment est né le son de San Francisco, mélange de blues psychédélique, de folk électrique et de country rock cosmique, avec les groupes the Charlatans, the Airplane (futur Jefferson Airplane) et the Warlocks (futur Grateful Dead). Ces musiciens ont pris à contre-pied les règles de l'industrie musicale en supprimant la question du vedettariat et en se consacrant à la scène plutôt qu'aux enregistrements studio. Ils disaient privilégier l'émotion mais certains, à Los Angeles notamment, pointaient leur manque de professionnalisme. Certains jugent même que la scène de San Francisco n'est qu'un coup marketing. Ainsi Bozz Scaggs, issue de la scène de San Francisco mais représentatif du son de Los Angeles déclare à ce sujet : « On en a beaucoup fait autour de cette soit disant communauté musicale de San Francisco, mais à ma connaissance, il n’y a jamais eu là-bas de véritable communauté ». Ces groupes de hippies étaient aussi méprisés par les gauchistes de Berkeley qui leur reprochaient leur apathie politique car contrairement aux idées reçues, les hippies étaient plus préoccupés par leurs trips à l’acid que par l’inégalité raciale ou la guerre au Vietnam révèle Hoskyns.

Barney Hoskyns s'intéresse aussi à Bill Graham, un homme d'affaires pas du tout en phase avec la culture hippie mais qui s'est découvert une vocation d'organisateur d'Acid Test, grandes fêtes durant lesquelles un public défoncé à l'acide écoutait des groupes de rock psychédélique. Graham a réussi à organiser un business lucratif avec ces groupes au comportement amateuriste et c'est sans doute cela qui a fini par tuer ce mouvement juge Hoskyns. Le business a finalement repris ses droits, le Festival de Monterey marquant la fin de l'ère hippie avec l'entrée des groupes dans l'industrie musicale. « A Monterey, des stars sont nées, des deals ont été signés, mais le Festival a corrompu pour toujours l'innocente scène des ballrooms de la Baie » affirme-t-il. Finalement alors que les stars du son de San Francisco disparaissent, détruites ou tuées par les drogues, apparaissent des formations beaucoup plus professionnelles, capables d'enregistrer de bons albums studio : Steve Miller Band, Santana, Creedence Clearwater Revival ou encore Sly & the Family Stone.

L'auteur nous fait également revivre à travers l'histoire de ces musiciens, la vie dans le quartier de Haight Ashbury, au coeur de cette culture avec ses deux salles de concerts légendaires : le Fillmore et l'Avalon. Il montre comment l'utopie hippie a fini par mal tourner à partir de 1967 et comment Haight Ashbury est devenu mal fréquenté et dangereux : tensions avec la communauté noire, passage aux drogues dures, manque criant de réalisme, arrivée en nombre d'individus peu recommandables (dealers, fous…). Enfin, Hoskyns n'oublie pas tout ce qui s'est fait autour de la musique de San Francisco : les techniques d'éclairage scéniques innovantes, avec notamment la synchronisation du visuel au rythme, mais aussi l'iconographie psychédélique avec des affiches considérées comme de véritables oeuvres d'art.


San Francisco : 1965-1970, les années psychédéliques, de Barney Hoskyns, Le Castor Astral, 2006.

Traduction de Beneath the Diamond Sky, Haight Ashbury 1965-1970, Simon & Schusters Ed., 1997.


Bookmark and Share


© Boris Plantier