Quand Schubert rencontre le jazz

Lundi 4 Janvier 2016

Interview. Le contrebassiste Yves Rousseau vient de sortir Wanderer Septet, un album de jazz enchanteur construit autour de l’œuvre et la vie de Franz Schubert.


© Jérôme Prébois
© Jérôme Prébois
Racontez-moi votre découverte de Schubert ?

Cela vient directement de l’enfance et de l’adolescence, mes parents écoutaient toutes sortes de musiques donc Franz Schubert… J’ai plus tard été profondément marqué par le quatuor « La jeune fille et la mort »

Qu'est-ce qui vous touche dans la musique de Schubert ?

Le génie mélodique associé à une science harmonique au service de cette richesse mélodique… Pour autant, Schubert a énormément écrit, y compris des choses qui sont très en-dessous d’autres œuvres qui sont des sommets de l’écriture classique.

Comment est né ce projet ?

J’avais envie de travailler autour de ces résurgences, de ces souvenirs, tout en me décalant suffisamment intelligemment (en toutes humilité) pour tenter de faire mien ce répertoire…

Quelles ont été les principales difficultés à transposer l'univers de Schubert au format jazz ?

Je ne suis pas certain que l’on puisse parler de format « jazz »… La principale difficulté a été de choisir les extraits d’œuvres autour desquelles j’allais travailler… Quelles mélodies ? Avec quel groove les habiller ? Avec quelles associations de sons ? Comment les mêler aussi, les faire cohabiter puisque je choisissais de ne pas travailler spécifiquement sur telle ou telle œuvre en m’interdisant de mixer ces mélodies…

Pensez-vous que Schubert aurait été sensible au jazz ?

Sincèrement je me sens incapable de répondre à cette question… Il aurait été évidemment sensible à l’aspect improvisé … Mais le reste ??? Est-il dans le bon sens dans sa tombe à l’heure qu’il est ?

Quel genre d'homme était Schubert ?

Heine a tout dit… Un homme à deux facettes, l’une celle de l’homme sociable, capable d’être drôle dans le partage humain mais tellement mélancolique, tellement triste, tellement revenu très tôt de beaucoup de choses… Un vrai romantique en somme, capable d’écrire « Avez-vous déjà entendu une musique gaie ? »

Pourquoi avoir choisi d'intégrer des lectures de textes et notamment le rapport notarial à la mort de Schubert ?

Pour l’anecdote… Un génie de la musique mort dans le dénuement intégral… Pas même un piano chez lui…



Partager cet article :Bookmark and Share



Boris Plantier