Ned Doheny

Lundi 5 Juillet 2010

Vénéré par les fans de musique west-coast, ce musicien et chanteur talentueux au physique de Playboy a cumulé les échecs commerciaux. Ses disques sont pourtant des petites merveilles très influencés par la musique noire américaine.


Ned Doheny est né le 26 mars 1948 à Los Angeles. Il est issu d'une famille fortunée, celle du magnat du pétrole Edward L. Doheny qui donna son nom à une artère de Beverly Hills : la Doheny Drive. C'est là que Ned Doheny est né.

Il fait ses début de musicien, à la fin des années 60, comme guitariste. Il est recruté par Barry Friedman qui cherchait des musiciens pour accompagner le débutant Jackson Browne, encore à la recherche de son premier contrat. Doheny et Browne devinrent vite amis. A cette époque, ils passaient leur temps à fumer des joints, à se baigner nus dans la piscine de Friedman, et à draguer de pulpeuses beautés (*). Ils composaient aussi, Jackson Browne avec acharnement et Ned Doheny avec une certaine nonchalance (*). Les deux hommes étaient alors très influencés par les chansons que composait Bob Dylan. Les deux hommes participèrent au projet Big Pink lancé par Friedman. Il s'agissait d'une sorte de ranch musical dans la réserve nationale de Plumas en Californie du nord. Le but était d'enregistrer un disque mais l'expérience capota. Il y fut plus question de sexe et de drogue que de rock'n'roll dit-on (*). Doheny se mit alors à fréquenter le Troubadour, le club incontournable de l'époque. On l'y voyait souvent aux côtés de Jackson Browne, J. D. Souther et Glenn Frey. Il fit aussi des rencontres beaucoup moins recommandables. C'est ainsi que Terry Melcher lui présenta Charles Manson et sa « famille » (*).

A cette époque, si Ned Doheny n'ait pas parvenu à s'imposer comme chanteur, il a tout de même réussi à placer certaines de ses compositions telles que « On and On », chantés par Dave Mason puis par Cass Elliot.

En 1971, David Geffen lance le label Asylum et signe le premier contrat de Ned Doheny. « Je pense que David a bien voulu de moi parce que Jackson [Browne] lui chantait mes louanges. Je n'ai pas l'impression qu'il connaissait vraiment ce que je faisais à ce moment-là », a déclaré Doheny (*). Et effectivement, Ned Doheny a pu constater par la suite, comme d'autres artistes d'Asylum, que Geffen s'intéressait essentiellement aux carrières de Jackson Browne et des Eagles. D'ailleurs, Ned Doheny fut contraint de financer une partie de son premier album avec ses propres deniers, allongeant les 25.000 dollars manquant pour boucler l'album. Cet album intitulé Ned Doheny (1973) est un album très mélodique aux sonorités acoustiques. Curieusement, il semble dépourvu des racines country/folk que l'on retrouve sur les disques de ses compagnons (Browne, Souther, the Eagles). On pense plutôt à Carole King ou à Todd Rundgren. Ce très bon album ne rencontra malheureusement pas le succès qu'il méritait.

Après cet échec commercial, il fallu entendre 1976 pour voir la sortie, sur le label Arista, du deuxième album de Ned Doheny intitulé Hard Candy. Sur cet excellent disque west-coast, le chanteur puise son inspiration dans la musique jazz/soul/funk. Le disque est d'ailleurs produit par Steve Cropper, le guitariste de Booker T. & the MGs. On y retrouve notamment l'excellente chanson « Sing to Me ». Mais une fois de plus le succès ne fut pas au rendez-vous et Arista ne renouvela pas le contrat de l'artiste.

Heureusement, le Japon a un petit faible pour Ned Doheny et lui proposa d'enregistrer d'autres disques. Le premier, Prone (1979), fut également produit par Steve Cropper. On y retrouve la chanson « To Prove My Love » qui fut un succès de discothèque en Grande-Bretagne. Suivirent Life After Romance (1988) avec « Whatcha Gonna Do For Me ? », une chanson chantée par beaucoup d'autres artistes, Love Like Ours (1991), Postcards from Hollywood (1991) et Between Two Worlds (1993). Ned Doheny devint aussi animateur de radio au pays du soleil levant. L'émission s'intitulait Postcards from Hollywood (le titre d'une chanson de Doheny) et fut diffusé sur FM Yokohama, de 1990 à 1993. En 2010, il enregistre un nouvel album, très personnel, intitulé The Darkness Beyond the Fire.


(*) Hotel California, les années folk rock (1965-1980)


A propos de Ned Doheny :

== CD ==
Ned Doheny (1973)
Hard Candy (1976)
Darkness Beyond the Fire (2011)


Bookmark and Share

© Boris Plantier