Live Aid

Vendredi 19 Février 2010

Sur la scène du Live Aid, Joan Baez a déclaré avec justesse « This is your Woodstock » et force est de constater que la folk star avait raison. Tout semble pourtant opposer le Live Aid des Yuppies au Woodstock des Hippies mais il est indéniable que le Live Aid est le concert emblématique des 80s comme Woodstock fut celui des 70s. Ce show impressionnant a été édité en DVD en 2004.


Live Aid
Le 13 juillet 1985, les stars du rock s'étaient donnés rendez-vous au Stade de Wembley à Londres et au JFK Stadium de Philadelphie pour deux concerts fleuves destinés à récolter des fonds pour lutter contre la famine dans la région sub-saharienne. Ces concerts qui portent le nom de Live Aid ont été organisés par Bob Geldof et diffusés dans le monde entier. Ils sont désormais disponibles en vidéo sous la forme d'un coffret de 4 DVD. Dix heures de musique non-stop qui permettent d'apprécier toute la richesse de la musique des années 80.

On retrouve sur ce disque des vedettes éphémères, de vieilles gloires vieillissantes et des artistes qui ont confirmé sur la durée leur statut de star. Toutes les performances ne se valent pas. Les pop stars font rarement le poids face aux monstres du rock. Peu se sont montrées capables de remuer le public, plus habituées à briller dans les vidéos clips que live dans des stades. Parmi les pop stars qui s'en sont très bien sortis, quelques vétérans : les Beach Boys avec Brian Wilson, Paul McCartney, Elton John, Sting (accompagné au sax alto par Marsalis pour un « Roxanne »  métamorphosé en douceur jazz), Phil Collins et le groupe Ultravox, à la performance particulièrement spectaculaire pour un groupe new wave.

Mais ce sont évidemment les monstres du rock qui ont fait sensation. Queen à Wembley, emmené par un Freddy Mercury gonflé à bloc, c'est magistral. Quant aux Who, ils avaient beau être sortis de leurs deux décennies majeures, ils n'avaient pas perdu la main pour autant. De même pour le sautillant Mick Jagger. Enfin, Dire Straits et Tina Turner qui vivaient alors leur période la plus faste sont éblouissants, et un certain nombre d'artistes moins prestigieux assurent aussi des sets remarquables, notamment George Thorogood & the Destroyers et REO Speedwagon.

Enfin, ajoutons que les musiciens noirs qui se sont pourtant mobilisés en nombre pour l'enregistrement de « We Are The World » sont étrangement absents de ce Live Aid. Il n'y a guère que Tina Turner, Patti LaBelle, les Temptations Eddie Kendricks et David Ruffin venus chanter aux côtés de Hall & Oates, et Ashford & Simpson accompagnés par le malheureux Teddy Pendergrass dans son fauteuil roulant, pour ce qui reste comme le moment le plus émouvant du spectacle. Peut-être est-ce pour compenser ce manque criant d'artistes noirs que des enregistrements live, filmés ailleurs, de B.B. King et de Run DMC ont été ajoutés en bonus ?

En complément de ces enregistrements live, des reportages de la BBC illustrent la situation catastrophique en Afrique qui a entraîné ces rassemblements grandioses mais aussi l'aide reçu par l'Afrique grâce à cette mobilisation. Autre bonus, les clips du « Do They Know It's Christmas » du Band Aid et de « We Are The World » de USA for Africa.

Live Aid (4-DVD Set), Warner Music Vision, 2004, 600 mn.


Bookmark and Share


© Boris Plantier