Led Zeppelin : Même les dragons ont une fin

Jeudi 10 Novembre 2011

Dans le livre Led Zeppelin : Même les dragons ont une fin, Jean-Michel Oullion retrace l’histoire de ce groupe à part dans l’histoire du rock qui inventa le hard rock et dont la créativité et l’éclectisme étonne toujours, plusieurs décennies après sa disparition.


Led Zeppelin : Même les dragons ont une fin
Led Zeppelin, groupe de rock légendaire des 70s, est considéré comme l'inventeur du hard rock. Il s'agit d'un groupe dont l’influence musicale sera indéniable sur des nombreuses formations des années 70-80. C’est l’histoire de ce groupe que nous conte Jean-Michel Oullion. L’histoire passionnante d’un jeune guitariste prodige qui participe aux enregistrements de la plupart des hits britanniques des années 60 mais qui s’ennuie et souffre de son anonymat. Jimmy Page va finalement se décider à rejoindre un groupe sur le déclin, les Yardbirds, avant de fonder son propre groupe. Pour cela il recrute le bassiste John Paul Jones, lui aussi habitué des cessions d’enregistrement, un chanteur inconnu nommé Robert Plant qui lui amènera un ami, John Bonham, batteur à la frappe surpuissante. L’alchimie va vite prendre entre ces quatre musiciens. S’ensuivront des albums qui se vendront à 300 millions d’exemplaires, des hits entrés dans la légendes du rock parmi lesquels « Stairway to Heaven »,  « Whole Lotta Love » et « Kashmir », de gigantesques tournées mondiales, des abus d’alcool et de drogue, des parties sulfureuses avec des groupies, d’inquiétantes rumeurs de pacte avec le diable et des drames terribles.

L’histoire est riche en émotion et en rebondissements. Le livre, écrit par un passionné, se lit vite et propose en complément une discographie commentée du groupe puis de ses membres en solo, ainsi que des biographies des personnages secondaires qui ont participé à l’aventure Led Zeppelin. Voici l’ouvrage idéal pour faire ou refaire connaissance avec ce groupe incontournable de l’histoire du rock que les chaînes de télévision et les stations de radio ne diffusent plus guère mais que le public n’oublie pas.


Led Zeppelin : Même les dragons ont une fin
, Jean-Michel Oullion, Les Carnets de l’info, 2011.


Bookmark and Share


Boris Plantier