Lady Gaga par Ariel Wizman

Dimanche 11 Décembre 2011

Quelle star de la musique est plus rock que Lady Gaga ? La chanteuse mobilise toute l’attention par ses tenues et ses déclarations extravagantes, éclipsant toutes ses rivales tristement mainstream. Et la musique ? Il n’en est jamais question dans ce livre.


Lady Gaga par Ariel Wizman
Que voilà un bel objet qui arrive à point pour les fêtes. Un beau livre à la couverture matelassée qui reprend sur papier glacé les plus belles photos de Lady Gaga. On voit la jeune chanteuse dans sa fameuse robe de barbaque ou dans sa tenue à bulles, on la voit sur scène, sur la couverture de magazines. Extravagante, surréaliste, Lady Gaga est finalement très rock’n’roll même si ses chansons ne sont que des rengaines pop pour dancefloors. Mais qu’importe la musique puisqu’il s’agit d’un livre et que son auteur n’a jamais vraiment écouté les chansons de Lady Gaga. Ce qui intéresse Ariel Wizman, c’est le personnage. Son obsession pour les tenues bizarres, son besoin de se transformer. Ses paroles aussi. Lady Gaga… mais elle parle ! est le titre du second chapitre. Et l’auteur de se complaire des déclarations choquantes (« J’ai besoin d’une bière et d’une bite »), absurdes (« J‘ai toujours été célèbre. C‘est juste que le monde le découvre seulement maintenant ») ou absconses (« En couchant avec un homme, j’ai peur qu’il ne me vide de ma créativité par mon vagin… Je suis née monstre, hors-norme, et je suis vous ») de Lady Gaga. Pas de doute, si la demoiselle éclipse toute ses rivales c’est qu’elle sait être différente et imprévisible. Elle ose tout et n’a pas peur du mauvais goût.

Les livres de ce genre contiennent généralement un texte biographique et élogieux sur la star. Ce n’est pas le cas ici. Les légendes des photos sont moqueuses et les textes décalés. Ariel Wizman étudie Lady Gaga et la gagamania comme un sociologue un peu philosophe. C’est amusant même si les propos paraissent parfois abscons. Une phrase saisie au hasard pour vous donner une idée : « Ce petit bout de soi qui dépasse, le statut, au fond très phallique, devient le tout, un peu comme le prophétisait déjà le jésuite Baltasar Gracian, aux XVIIe siècle, pour qui l’habileté du courtisan consistait à faire passer la partie pour le tout et à ne toucher le monde que de manière infinitésimale, en un seul point, infiniment petit, comme la tangente touche le cercle »). Mieux vaut être très concentré pour lire ce livre mais si l’on fatigue, on peut toujours regarder les images.


Lady Gaga, Ariel Wizman, Democratic Books, 2011.


Bookmark and Share


Boris Plantier