Kristyna Myles : "J'ai enregistré dans les studios où des légendes sont passées, j'ai utilisé le même microphone que les Beatles"

Mercredi 15 Mai 2013

Interview. La chanteuse anglaise Kristyna Myles s'apprête à sortir son premier album, produit par Ken Nelson (Coldplay). Elle interprétera ses chansons lors de deux concerts au MizMiz Café (6 rue Moret 75011 Paris) le 16 mai à 20h30 et au No Man's Land (14 rue Paul Lafargue 69100 Villeurbanne) le 18 mai à 21h. Cette nouvelle voix de la pop/soul britannique s'est confiée à Yuzu Melodies.


Kristyna Myles : "J'ai enregistré dans les studios où des légendes sont passées, j'ai utilisé le même microphone que les Beatles"
On devine l’influence de la musique noire américaine dans vos chansons. Quels disques trouvait-on dans votre chambre d’adolescente ?

J'avais les albums de Mariah Carey, Alanis Morissette et Céline Dion. J'aime beaucoup écouter les artistes féminines à grande voix. Ensuite, j'ai découvert les Fugees et je suis tombée amoureuse de la voix de Lauryn Hill. Pendant mon adolescence j'ai découvert les superbes voix d'Aretha Franklin, Sarah Vaughan et biensur Stevie Wonder et Marvin Gaye. Le jazz et la musique soul me parlent d'une façon toute particulière.

Vous avez commencé votre carrière dans la rue à Manchester. N’est-ce pas la plus dure des façons de percer ?

Cette expérience m'a ouvert beaucoup de portes et, dans cette industrie, il faut être ouvert à tout type d'opportunité. Moi et mon guitariste Ben Williams avons commencé à nous produire dans la rue dans l'espoir de voir si nous pouvions vivre de la musique. Beaucoup de personnes ont fini par nous écouter et nous avons même obtenu l'attention du journal local. Une des plus grosses radios nationales en Angleterre, BBC Radio 5, est tombée sur l'article et nous a entraîné dans un concours que nous avons gagné. 100 000 personnes ont pu nous écouter à la radio.

Vous avez enregistré un duo avec Chris De Burgh dans les mythiques studios d’Abbey Road ? Pouvez-vous évoquer cet épisode de votre carrière ? Avez-vous ressenti quelque chose de particulier dans ces studios ?

Tu peux ressentir l'héritage que tous ces artistes incroyables ont laissé derrière eux. J'ai enregistré dans les studios où des légendes sont passées, j'ai utilisé le même microphone que les Beatles, je ne réalise toujours pas! C'était une expérience incroyable. Tout a été enregistré en une fois. J'ai enregistré mes vocaux dans la même pièce qu'un énorme orchestre d'instruments à cordes. L'atmosphère était surréelle.

Comment en êtes-vous arrivé à travailler avec Ken Nelson qui a produit les trois premiers albums de Coldplay ?

Nous lui avons envoyé plusieurs de mes morceaux afin de savoir s'il voulait travailler avec moi. J'étais si honorée qu'il nous donne une réponse positive.

Quels enseignements tirez-vous de vos premières expériences d’enregistrement ? Les musiciens aguerris avec qui vous avez collaboré ont-ils un niveau d’exigence supérieur à ce que vous aviez connus jusque là ?

Je me produis avec les même personnes depuis l'université. Ce sont des musiciens si talentueux, je savais à quoi m'attendre dès que j'ai commencé de travailler avec eux. Nous nous entendons très bien et sommes amis depuis déjà 10 ans.

Dans l’une de vos chansons, le gospel « My Lord », vous remerciez Dieu. La religion a-t-elle une grande place dans votre vie et sera-t-elle amenée à avoir une grande place dans votre musique ?

Ma croyance et ma relation avec Dieu ont une grande place dans ma vie et dans mon écriture. La majorité de mes chansons reflètent mes valeurs en tant que chrétienne et j'espère que les gens ressentiront cela lorsque j'écris. Il est possible que je fasse un album plus religieux dans le futur mais pour le moment je me concentre sur la musique que je fais actuellement.

Et hormis la religion, où trouvez-vous vos sources d’inspiration ?

J'aime parler des leçons que j'ai apprises ou alors je tire mon inspiration des expériences que ma famille ou mes amis ont vécu. J'ai récemment écrit une chanson pour une campagne qui vise à stopper la faim dans le monde. Je suis l'ambassadrice pour cette cause appelée Tearfund qui aide les plus pauvres. Tearfund s'est allié à d'autres causes pour soutenir la campagne "Enough Food If" l'idée est que "Enough Food If" fasse assez de bruit grâce à la pétition sur www.enoughfoodif.org pour que le sujet soit abordé au sommet du G8 et que des changements soient effectués pour que 2 millions d'enfants ne meurent pas de mal nutrition, et qu'un milliard de gens ne se couchent plus sans avoir manger, ce qui est devenu une triste réalité.

Vous avez une voix magnifique mais vous savez rester simple dans votre façon de chanter. Ce n’est pas votre truc de vocaliser à outrance pour impressionner le public ?

Merci! Avant, je pensais qu'il était nécessaire de montrer sa technique vocale mais j'ai appris l'art d'être simple pour donner un sens aux paroles et c'est bien plus important pour moi. J'aime beaucoup les chanteuses à grandes voix mais dans le bon contexte. Partager le message d'une chanson est bien plus important que de montrer sa technique vocale. Quelque fois une mélodie compliquée peut bloquer le message que nous voulons faire passer.

Vous êtes souvent accompagnée à la guitare mais on vous voit parfois chanter au piano. Avec quel instrument composez-vous ?

J'adore jouer du piano et écrire mes chansons sur cet instrument. Je ne joue pas de guitare mais j'espère apprendre un jour. Il est vrai que c'est plus pratique de jouer de la guitare quand tu le souhaites. Le piano n'est pas aussi mobile mais c'est vraiment un bel instrument.

Vous avez déjà chanté dans des grandes salles en première partie d’artistes de renom tels que Mick Hucknall ou Chris de Burgh. Vous considérez-vous plutôt comme une musicienne de scène ou de studio ?

J'aime vraiment me produire et je me sens moi même lorsque je chante. Je me considère comme une artiste de scène mais aussi de studio ce sont deux facettes différentes. Lorsque tu as un public devant lequel jouer c'est plus simple de faire sortir l'émotion alors qu'en studio il faut que je rentre dans ma bulle pour retrouver la sensation dont je parle dans ma chanson et ça peut être difficile.


Bookmark and Share


Boris Plantier