Joe Sample & Randy Crawford au Bataclan (Paris)

Dimanche 3 Décembre 2006

Joe Sample et Randy Crawford ont offert au public parisien un show d’une grande simplicité : aucune mise en scène, quasiment aucun jeu de lumière, et aucun instrument électrique. Le pianiste de jazz et la diva soul ont joué la musique la plus pure qui soit.


Joe Sample & Randy Crawford au Bataclan (Paris)
C'est dans un Bataclan presque plein que Joe Sample et Randy Crawford ont donné le premier de leurs deux concerts parisiens, le jeudi 23 novembre 2006. Une soirée qui a ravi les amateurs de musique soul et jazz.

Tout a commencé avec un trio de jazz, Joe Sample au piano, son fils Nick à la contrebasse et Johnny Vedacovich à la batterie. Des morceaux le plus souvent bien enlevés, qui permettent d'apprécier le sens du rythme de Sample et le jeu délicat de Vedacovich. Cinq morceaux en tout pour se premier set, présentés par un Joe Sample très bavard. On reconnait "Hipping The Hop" composé pour George Benson, "Memories", rêverie dédiée aux vieux maitres du sax et "X Mark The Spot", un jazz hanté par le vaudou.

La deuxième partie du spectacle a commencé avec un jazz façon Nouvelle-Orléans, rapide et entrainant, avant que n'entre en scène Randy Crawford, grosse mama noire habillée de vêtements flottants jaunes. Sa voix est profonde mais douce. Elle semble chanter avec une grande facilité, sans avoir à pousser sa voix. L'ambiance est chaleureuse et le jazz devient soul comme par magie. Randy et Joe passent en revue les chansons de leur album commun, enregistré il y a peu : Feeling Good, "Everybody's Talking", le standard de Nilsson, "End Of The Line", la chanson du disque que le duo préfère, "But Beautiful", "Rio De Janeiro Blues", "Tell Me More And More And Then Some" mais aussi des titres absents du CD : "Skylark", "Rainy Night In Georgia", "One Day I'll Fly Away" chantée d'une voix incroyablement douce, et bien sûr "Street Life", le grand hit de Randy Crawford enregistré avec The Crusaders, le groupe de Joe Sample. La chanteuse se laisse aller à quelques pas de danse pour conclure ce dernier set.

Pour le rappel, Crawford et Sample nous offrent une reprise très jazzy de l'utopique "Imagine" de John Lennon, avant un très dansant "Last Night At Danceland". La chanteuse remonte un peu sa robe d'une main pour esquisser de nouveau quelques pas de danse et ravit une dernière fois le public comblé par une soirée musicale d'une rare qualité.


© Boris Plantier