Hôtel Woodstock

Vendredi 27 Novembre 2009

Avec Hôtel Woodstock, Ang Lee nous fait découvrir les coulisses du légendaire festival de Woodstock, loin de ses stars. Une aventure humaine drôle et émouvante, un apprentissage...


Hôtel Woodstock
Dans un petit village de campagne en 1969, un jeune homme tente de sauver de la faillite l'hôtel miteux de ses parents. Pour y parvenir, il a l'idée de contacter des promoteurs à la recherche d'un terrain pour organiser un festival de rock.

On sait tout du légendaire festival de Woodstock, considéré comme l'évènement musical des années 60. Tout sauf la petite histoire, celle de son organisation. C'est cette histoire que Ang Lee a choisi de nous compter en adaptant le livre autobiographique de Elliot Tiber, qui raconte comment il a pu sauver de la faillite l'hôtel minable et déglingué de ses parents en se débrouillant pour que le fameux festival de rock se déroule tout près de là.

Inutile de dire que l'histoire est cocasse, d'autant qu'elle brasse de drôles, à commencer par la mère du personnage principal, une immonde mégère juive exilée de Russie ou ce travesti à la carrure d'athlète, ancien militaire, qui assure la sécurité de l'hôtel. Tout ces personnages, un peu ploucs, vont voir leur vie chamboulée par l'arrivée d'une immense marée humaine composée de jeunes gens bien différents. Le contraste amuse mais si l'humour prédomine, le film ne propose pas une vision idyllique de l'évènement : il n'occulte pas le comportement agressif de certains villageois réactionnaires et antisémites qui n'apprécient pas la venue de ces jeunes hippies qui s'opposent à la guerre au Vietnam, et se dénudent, s'accouplent et se droguent librement. Ce festival a aussi permis au personnage principal de s'émanciper du joug de sa marâtre et de découvrir son homosexualité.

Voilà le Woodstock que Ang Lee a choisi de nous montrer, le Woodstock des coulisses et de tous ces anonymes témoins de l'évènement plutôt que le Woodstock des rocks stars que l'on ne voit jamais mais que l'on entend parfois en fond sonore, au loin.


Taking Woodstock - USA (2009) - de Ang Lee, avec Demetri Martin, Henry Goodman, Imelda Saunton, Emile Hirsch, Eugene Levy, Liev Schreiber.


Bookmark and Share


© Boris Plantier