Gossip au Petit Bain (Paris)

Dimanche 23 Septembre 2012

Le jeudi 20 septembre 2012 avait lieu le coup d’envoi de la nouvelle saison des concerts très très privés RTL2. Pour l’occasion, la station de radio offrait à ses auditeurs le groupe américain le plus en vu du moment : Gossip.


© Christophe Ettore/RTL2
© Christophe Ettore/RTL2
C’est au Petit Bain, un club flambant neuf situé sur la Seine, dans le 13e arrondissement de Paris, que RTL2 a organisé ce premier concert très très privé RTL2 de l’année 2012-2013. Les invités de la station de radio ont eu, ce soir là, le privilège d’assister à un concert de Gossip, un groupe qui ne se produit plus dans de si petites salles. Présenté par l’animateur Grégory Ascher, le concert était retransmis en direct sur RTL2.

Durant une heure, le groupe a joué une dizaine de chansons : ses plus grands succès passés (« Heavy Cross », « Men in Love », « Standing in the Way of Control », « Love Long Distance »…) ainsi que différents extraits de A Joyful Noise, son dernier album (« Perfect World », « Move in the Right Direction », « Get a Job », « Into the Wild »). Si la musique de Gossip est séduisante sur disque, elle l’est encore plus en live. Elle devient plus directe, réduite à l’essentiel à la façon de la musique punk, prenant ainsi une toute autre dimension. On est alors abasourdi par la puissance sonore du groupe qui s’appuie avant tout sur une section rythmique d’une efficacité redoutable. La batterie claque. La basse sonne très funk tout comme les riffs de guitare rythmique. En fond sonore, quelques bidouillages électroniques très new wave se font entendre mais ils jouent un rôle moins essentiel que sur les enregistrements studio de Gossip. Le résultat est une musique disco-punk extrêmement dansante.

Et sur le devant de la scène, il y a bien sûr Beth Ditto, l’extravagante chanteuse qui amuse le public par ses potacheries (un petit rot par ci, un chewing gum que l’on retire ostensiblement de sa bouche pour le coller sur un ampli par là). La chanteuse aime blaguer aussi pour la plus grande joie du public, s‘exprimant parfois en français. Elle profite aussi de cette tribune libre qu’est la scène pour afficher son homosexualité en embrassant son amie pour lui souhaiter un joyeux anniversaire ou pour aborder la politique en évoquant les élections présidentielles américaines à venir. L’occasion de se moquer du candidat républicain Mitt Romney et d’affirmer « I’m a human being and I vote for Obama ». Le message est clair.


Bookmark and Share


Boris Plantier