Geyster : "J’étais, comme le reste de ma classe, totalement obsédé par Michael Jackson !"

Samedi 31 Décembre 2011

Interview. Geyster, alias Gaël Benyamin, sort Summertime, un nouvel album au son west-coast très 80s pour bien débuter l’année 2012. Il s’agit d’un disque de reprises et on lui a donc demandé de nous parler de chacune de ces douze chansons, de ce qu’elles évoquaient pour lui.


Geyster : "J’étais, comme le reste de ma classe, totalement obsédé par Michael Jackson !"
I Can't Tell You Why
Alors je vais vous surprendre mais j’ai découvert cette chanson que très récemment ! Je sais que c’est un grand classique de la westcoast mais je suis bizarrement passé à côté toutes ces années, et pourtant je connais bien les Eagles... Donc elle ne me rappelle pas grand chose mis à part le jour où je l’ai découverte il y a quelques mois et que je suis resté bouche-bée devant sa beauté...

Kiss On My List
C’est probablement le tout premier morceau que j’ai réellement aimé dans ma vie ! Je me souviens l’entendre à la radio dans la voiture de mes parents au début des années 80, je devais avoir à peine 8 ou 9 ans et à chaque fois elle me faisait la même sensation que si je mangeais une fraise Tagada ou un bonbon acidulé. Pendant très longtemps je ne savais pas qui chantait, et c’est drôle car encore aujourd’hui il me semble que beaucoup de gens connaissent cette chanson sans en connaître les auteurs ! Je pense que cela est dû à leur nom “Hall & Oates” qui n’est pas évident à prononcer pour un français et qui j’en suis sûr, a nui à leur popularité en France ! De plus, très souvent du côté des médias, la presse musicale en particulier, Hall & Oates représentent un peu l’archétype du mauvais goût en musique, le summum de la ringardise ! Et pourtant leur discographie est une mine d’or, et il n’y a qu’à se plonger dans l’essence de leurs chansons pour comprendre le génie qui y réside.

The Bottle
The Bottle est sans doute le morceau que j’ai le plus joué, aussi bien en groupe qu’en solo ! C’est d’ailleurs l’une des premières chansons que j’ai jouée au piano. Sous des allures de disco-funk c’est en fait un morceau très sombre sur la dépendance à l’alcool. J’ai toujours beaucoup aimé l’ambivalence dans les chansons de Gil Scott Heron, il avait l’art de manier des paroles très sombres sur des mélodies et accords très enjoués ! C’était un génie ! C’est triste car jusqu’à sa mort en 2011 très peu de gens connaissaient sa musique, et tout d’un coup il est présenté par les médias comme le type qui a inventé le rap et le hip hop et tous les “cools” de Paris n’écoutent plus que lui en soirée... A mon avis de son vivant ce type vivait à peine de sa musique et il s’est en plus engouffré dans le cercle vicieux de la drogue et des séjours en prison... Il a fallu qu’il meure pour être enfin reconnu à sa juste valeur ! Je l’ai vu encore en live il y a environ 1 an à Paris au New Morning, je n’aurais jamais cru qu’il décéderait quelques mois plus tard !

Eye In The Sky
C’est marrant car pendant très longtemps je préférais “Sirius”, l’introduction instrumentale du morceau ! Je me souviens écouter l’album sur mon walkman et je rembobinais la cassette à chaque fois que l’intro était finie pour la réécouter juste avant que “Eye in the sky” ne commence... Puis un jour je me suis forcé à écouter ce qu’il y avait après l’intro, car ma cassette commençait à sérieusement s’user à cet endroit ! Et là j’ai compris la richesse de ce morceau. Alan Parsons est souvent mésestimé, on le qualifie souvent de “Pink Floyd du pauvre” (il a longtemps collaboré avec eux), et pourtant je trouve qu’il fait une musique radicalement différente. Pour moi c’est un pionnier dans le sens où il a introduit de manière majestueuse le synthétiseur dans la musique pop. Il a une approche très “clavier” de la musique, et c’est ça qui me touche avant tout chez lui.

Thriller
Je me rappelle ma mère venant me chercher à l’école en voiture un samedi matin ensoleillé, en me tendant la cassette flambant neuve de “Thriller” qui venait de sortir en France. J’étais, comme le reste de ma classe, totalement obsédé par Michael Jackson ! C’est à cette époque qu’il y eut un accident sur le tournage d’une pub Pepsi. Michael s’y est brûlé les cheveux suite à l’explosion d’un spot... C’était le choc avec mes copains, on en parlait en cour de récré comme l’annonce d’une troisième guerre mondiale ! Ce qui est fort avec l’album “Thriller” c’est qu’en décortiquant les morceaux on se rend compte que c’est du jazz ! Ils ont réussi avec cet album à populariser des chansons ultrasophistiquées qui mettent tout le monde d’accord, aussi bien les requins de studio ou les fervents audiophiles, que les enfants, les ados, ou bien encore l’auditeur lambda qui n’y connaît rien à la musique, le talent ultime...

I'm So Excited
A vrai dire je n’ai jamais été très fan de la version originale des Pointer Sisters, mais à chaque fois que j’entendais cette chanson il y avait une espèce de dimension harmonique très intéressante qui s’en dégageait. C’est ce que j’ai essayé d’appuyer dans ma version.

Against All Odds
C’est un peu les mêmes sensations qu’avec “Kiss On My List”. 1984 est l’année où je sentais naître ma passion pour la musique, et cette chanson fut avec d’autres un véritable déclencheur... Il y a une version live où Phil Collins la chante seul au piano qui traîne sur Youtube, je crois que c’est un live à Wembley de 1985 et c’est absolument génial, ce type est un génie, une légende vivante !

1982
Ben là c’est une reprise de mon propre répertoire. La version originale se trouve sur mon premier album “I Love 1984” (2004), sous une forme house/dance. Bien que j’adore la version initiale il se trouve que lorsque j’ai composé cette chanson il y a 10 ans, ce que j’avais en tête était finalement beaucoup plus proche de la version que j’ai mise dans “Summertime” que celle du premier album. Il faut savoir qu’à l’époque (2002) je baignais dans l’électro et je n’avais pas beaucoup d’outils de production. Du coup je produisais, un peu par dépit et par manque de moyens, tout ce que je composais sous cette forme-là. Aujourd’hui avec les outils que j’ai et mon expérience j’arrive à retranscrire de manière extrêmement précise ce que j’ai en tête lorsque je travaille sur une chanson.

Summertime
Ici on a affaire à un cas particulier dans le sens où je ne me suis jamais référé à une version existante. “Summertime” fait partie des standards que l’on apprend à jouer lorsqu’on fait comme moi du piano jazz. C’est donc sur partition que j’ai découvert cette chanson il y a quelques années. Je connais bien sûr la version de Janis Joplin mais elle ne m’a jamais touché ! A vrai dire j’ai commencé à beaucoup la jouer à l’époque où j’étais G.O. au Club Med en Tunisie en 1999 ! Nous étions 4 musiciens et nous devions jouer 3 heures par jour pendant 4 mois d’affilée des reprises, des standards, devant un public très difficile à séduire et qui écoutait à peine ce que nous jouions étant donné le contexte (village de vacances) ! D’ailleurs à ce sujet cette expérience au Club Med fut la meilleure école de musique pour moi, j’y ai appris beaucoup de choses. Et c’est là-bas que j’ai commencé à élaborer cette version qui était quasiment identique à celle présente sur l’album.

Ventura Highway
J’ai vécu à Los Angeles il y a un peu plus de 10 ans et j’empruntais souvent cette highway avec une vieille voiture que j’avais là-bas ! J’avais fait une compilation de titres que j’aimais sur cassette pour mon autoradio, dont ce morceau du groupe America. J’ai donc réellement vécu la sensation de rouler sur la Ventura Highway en musique sous le soleil californien, et ma reprise est un peu la retranscription musicale de ces sensations et souvenirs...

Ride Like The Wind
Je me souviens d’une émission de radio sur Fun Radio où j’étais invité à l’époque de mon premier single “Bye Bye Superman” en 2003, et on m’avait demandé de jouer en live une reprise caractéristique de mes influences. Dans le rush j’ai choisi cette chanson de Christopher Cross que j’écoutais beaucoup à l’époque. Et je me suis dit qu’un jour j’en ferai une reprise “officielle”, voilà qui est fait...

Bye Bye Superman
J’ai inclus cette chanson un peu comme un clin d’oeil pour dire “voici mon petit tube à moi” ! La version initiale a en effet bénéficié d’une importante diffusion radio courant l’été 2003. Une version similaire à celle-ci était déjà présente sur l’EP de “Bye Bye Superman”. J’y ai juste ajouté quelques arrangements en plus afin de coller au son de l’album.


Bookmark and Share



Boris Plantier