George Clinton & P-Funk All Stars à La Défense

Lundi 27 Juin 2011

Le dimanche 26 juin 2011 sur l’esplanade de La Défense, la scène du La Défense Jazz Festival a accueilli Keziah Jones pour un set acoustique bien sage avant le grand show funk du survolté George Clinton et son P-Funk All Stars.


George Clinton & P-Funk All Stars à La Défense
Initialement, la première partie de ce concert avait été confiée à Gil Scott-Heron mais le poète et chanteur américain est décédé le mois dernier. Les organisateurs ont fait appel à Keziah Jones pour le remplacer. Le chanteur nigérian, qui a failli ne pas pouvoir être là, retenu par des policiers trop zélés, a proposé un set acoustique tristounet de trois quarts d’heure, accompagné de deux percussionnistes. Sur sa setlist, on retrouvait notamment « Million Miles from Home », « The Invisible Ladder », « Beautiful Emily » et « Rhythm Is Love ».

Après une pause d’une demi-heure, les spectateurs assistèrent alors à un spectacle bien différent. Le grand cirque funk de George Clinton et son P-Funk All Stars commençait. Au total, vingt danseurs, vocalistes et musiciens, parfois vêtus de costumes excentriques, prenaient possession de la scène. A leur tête, George Clinton dans un uniforme noir, général d’une armée de saltimbanques. Le groupe joua quelques uns de ses gros funk délirants qui ont fait sa renommée « Standing on the Verge of Getting It On », « Flashlight », « Knee Deep », « Give Up the Funk (Tear the Roof off the Sucker) », « Atomic Dog ». Les chansons de George Clinton et de ses groupes Parliament et Funkadelic, sont de folles expérimentations, un délire musical souvent assez confus qui mélange de manière assez improbable soul, funk, heavy metal et rap. Ces chansons sont parfois si déroutantes que l’on se dit qu’il faut les écouter après avoir fumé un ou deux joints pour qu’elles deviennent plus claires. Cette idée a d’ailleurs du venir à l’esprit d’un certain nombre de spectateurs à en juger par les fumées suspectes qui se répandaient dans la foule. Outre les grands succès mentionnés précédemment qui ont fait danser la foule, on retiendra de ce concert « Dr Feelgood » une vraie chanson soul à l’ancienne magnifiquement interprétée par Mary Griffin et « Maggot Brain », ballade planante sur laquelle la guitare électrique de Michael "Kidd Funkadelic" Hampton a fait des merveilles. Pas de doute, à 70 ans, George Clinton est toujours une bête de scène et ses shows sont toujours aussi spectaculaires. On ne pouvait rêver mieux pour clore la 34e édition du La Défense Jazz Festival.


Bookmark and Share

Boris Plantier