Don Felder

Mardi 23 Mars 2010

Guitariste des Eagles de 1974 à 2001, Don Felder est le compositeur du fameux "Hotel California".


Don Felder est né le 21 septembre 1947 à Gainesville (Floride). Sa famille vit dans une grande pauvreté mais son enfance est heureuse. A cinq ans, il contracte la polio et passe quatre mois dans un centre de soin. C'est là qu'il se prend de passion pour la musique en découvrant les émissions musicales à la radio. Son père approuve cette passion et l'encourage dans cette voie en lui offrant sa première guitare et en lui faisant écouter ses disques.

Adolescent, Don Felder ne vit plus que pour la guitare. Au lycée il joue dans un groupe nommé The Continentals avec son camarade Stephen Stills puis il rencontre Bernie Leadon qui l'initie à la country et forme avec lui le groupe de pop « britannique » The Maundy Quintet. Il donne aussi des cours de guitare à un jeune garçon blond qui deviendra une star du rock : Tom Petty. Les choses se passent bien jusqu'au jour où Bernie Leadon décide de partir tenter sa chance en Californie. Don Felder n'ose pas le suivre et doit repartir de zéro. Il s'initie au jazz et à l'improvisation et, comprenant qu'il n'a aucune chance de devenir une star du rock en restant à Gainesville, il suit le groupe hippie Flow à New York. Leur musique faite de jazz et de rock est suffisamment bonne pour que Flow décroche un contrat et enregistre un album en 1969 mais celui-ci n'obtient aucun succès et le groupe ne parvient pas à en enregistrer un second, détruit par la drogue.

Don Felder plaque alors tout pour retrouver celle qu'il aime à Boston. Il se marrie et vit de sa guitare mais reste insatisfait. Son copain de lycée est devenu une star avec le groupe Crosby, Still, Nash & Young et les choses commencent aussi à marcher très fort pour son grand ami Bernie Leadon et son groupe The Eagles. Au début des années 70, Don Felder et son épouse mettent donc le cap pour Los Angeles, la ville où tout se passe. Don Felder y découvre avec bonheur le métier de guitariste de session et surtout de sideman pour David Blue puis pour Crosby & Nash.

En 1974, les Eagles font appel à lui pour muscler leur musique, désireux de laisser tomber leur côté country pour prendre un virage plus rock. Celui que l'on surnomme Fingers connaîtra alors la gloire, composant quelques chansons pour le groupe, la plus célèbre étant « Hotel California ». Il participe aux albums One Of These Nights, Hotel California et The Long Run ainsi qu'à l'album Eagles Live.

Lorsque le groupe se sépare au début des années 80, Felder reprend les sessions en studio, enregistre un album solo et tente de monter un groupe avec les deux autres Eagles Joe Walsh et Timothy B. Schmit mais ce dernier projet tombe à l'eau. Felder attend surtout que les deux leaders du groupe Don Henley et Glenn Frey se décident à rejouer ensemble mais toutes les tentatives échouent et il faudra attendre les années 90 pour que le groupe se reforme et sorte le disque Hell Freezes Over. Hélas les tensions dans le groupe sont fortes et à l'aube du XXIe siècle, Frey et Henley décident de virer Don Felder. Le guitariste vit très mal cette situation. Il panse ses blessures en terminant la rédaction de son autobiographie intitulée Heaven and Hell: My Life In The Eagles (1974-2001), un livre qu'il ne parvient à publier qu'en 2008 dans une version expurgée, Frey et Henley lui ayant mis des bâtons dans les roues. Il recommence aussi à jouer en solo ou avec des amis mais cette fois pour le plaisir avant tout.


Cette biographie a été écrite à partir de l'autobiographie de Don Felder intitulée Heaven and Hell: My Life In The Eagles (1974-2001)


<!-- AddThis Button BEGIN -->
<a class="addthis_button" href="http://www.addthis.com/bookmark.php?v=250&amp;username=xa-4ca89919099cadcb"><img src="http://s7.addthis.com/static/btn/v2/lg-share-en.gif" width="125" height="16" alt="Bookmark and Share" style="border:0" /></a>
<script type="text/javascript" src="http://s7.addthis.com/js/250/addthis_widget.js#username=xa-4ca89919099cadcb"></script>
<!-- AddThis Button END -->

© Boris Plantier