David Sanborn au New Morning (Paris)

Dimanche 2 Novembre 2008

C’est dans la petite salle du New Morning, archi-comble, que David Sanborn a présenté son nouvel album le vendredi 31 octobre 2008. Ce nouveau disque intitulé Here And Gone rend hommage à Ray Charles et à son saxophoniste Hank Crawford dans une ambiance jazz-soul très vieille école.


David Sanborn au New Morning (Paris)
Pour l'occasion, le saxophoniste a donc réuni un orchestre conséquent puisqu'en plus de son groupe (l'excellent Ricky Peterson aux claviers, Nicky Moroch à la guitare, Richard Patterson à la basse et Gene Lake à la batterie ), il était accompagné par une section cuivre de cinq éléments. Une excellente idée qui donnait plus de profondeur et de cachet à sa musique.

Élégamment vêtu de noir, David Sanborn s'est montré amical, comme à son habitude. Après un premier titre, « Blues for Alice », il a pris la parole pour faire part au public de sa joie de revenir à Paris, « sa ville préférée après New York » et annoncé avec humour qu'il pourrait bien venir y vivre si le résultat de l'élection présidentielle américaine le décevait.

Puis le show a repris, le groupe enchaînant les morceaux, essentiellement tirés du dernier album, des standards pour beaucoup. Mais David Sanborn n'a pas abandonné son style pour autant. Son jeu était toujours d'une légèreté et d'une pureté inouïe et sa musique restait le jazz-rock qui l'a rendu célèbre : aux soli de saxophone alto, ont répondu invariablement des soli de claviers et de guitare électrique.

Le public a pu entendre « Brother Ray », « St. Louis Blues », « Please Send Me Someone to Love », « What Will I Tell My Heart », « le très rythmé « Tin Tin Deo » sur lequel le batteur a fait son show, « Basin Street Blues », « Soul Serenade, « I've Got News for You » chanté avec conviction par Ricky Peterson, et « Benny ».

En fin de spectacle, David Sanborn a offert au public le très funky « Chicago Song » composé par Marcus Miller sur lequel le bassiste s'est régalé puis, apparemment à court d'idée, il s'est lancé dans une magnifique improvisation pour son deuxième rappel.

Après deux heures de show, les musiciens ont quitté la scène mais le public semblait hésiter à quitter la salle, prêt à assister à un nouveau set. Peut-être certains sont-ils revenus le lendemain pour le second show parisien du musicien…


© Boris Plantier