Dancing in the Streets au Playhouse Theatre (Londres)

Jeudi 22 Mars 2007

Au Playhouse Theatre, vieux théâtre londonien à l’ancienne sur les bords de la Tamise, se joue depuis trois ans Dancing in the Streets, un spectacle magique qui rend hommage à la musique de la Motown de la grande époque.


Dancing in the Streets au Playhouse Theatre (Londres)
Qui n'a jamais rêvé d'assister à un grand spectacle live qui réunisse Stevie Wonder, The Temptations, Diana Ross & The Supremes, The Four Tops, Smokey Robinson & The Miracles, Marvin Gaye, Martha & The Vandellas, The Marvelettes, Gladys Knight & The Pips, et Lionel Richie dans leurs plus grandes années ? Jusque là, il ne s'agissait que d'un fantasme irréalisable à moins d'inventer la machine à remonter le temps. Désormais il est possible de voir un tel spectacle et pour cela il suffit de traverser la Manche.

Certes Dancing in the Streets n'est qu'une illusion dans la mesure où les artistes qui se produisent sur scène ne sont pas les stars qu'ils prétendent être. Et pourtant quel show ! Comment expliquer l'excitation qui nous gagne à voir ces acteurs/chanteurs pas toujours très ressemblants malgré le grand soin apporté aux coiffures, aux costumes et aux chorégraphies d'époque ? Aurait-on perdu la raison ? Peut-être bien... La musique a eu raison du scepticisme. On s'est laissé emporter par ces fabuleuses chansons, pour la plupart composées dans les 60s, et chantées live par des sosies vocaux au talent de chanteur évident, accompagnés par un orchestre calqué sur les Funk Brothers.

En fil rouge, le balayeur du théâtre, un brave homme qui se souvient de la grande époque de la Motown et nous conte cette grande histoire avec beaucoup d'humour et de talent, chantant lui aussi parfois certains classiques qui ne font pas partie du répertoire des « stars » présentes ce soir-là : « Shotgun », « What Becomes Of The Brokenhearted », « This Old Heart Of Mine », « Stop Her On Sight (SOS) ».

Venez écouter The Marvelettes (« Please Mr. Postman »), Smokey Robinson & The Miracles (« Shop Around », « You've Really Got A Hold On Me », « Tears Of A Clown », « The Tracks Of My Tears »), Martha & The Vandellas (« Nowhere To Run », « Jimmy Mack »), Stevie Wonder (« Uptight », « For Once In My Life », « Duke », « Signed, Sealed, Delivered, I'm Yours »), Diana Ross & The Supremes (« You Can't Hurry Love », « Stop In The Name Of Love », « Where Did Our Love Go », « Baby Love », « You Keep Me Hangin' On », « Reflections », « Love Child »), Marvin Gaye (« Can I Get A Witness », « How Sweet It Is To Be Loved By You », « I Heard It Through The Grapevine », « Let's Get It On », « It Takes Two » avec Kim Weston, « You're All I Need To Get By » avec Tammi Terrell), The Four Tops (« It's The Same Old Song », « Standing In The Shadows Of Love », « Walk Away Renee », « Reach Out I'll Be There », « River Deep - Moutain High » avec The Supremes), Gladys Knight & The Pips (« Help Me Make It Through The Night », « If I Were Your Woman »), The Temptations (« Get Ready », « Ain't Too Proud To Beg », « My Girl », « I Wish It Would Rain », « I Can't Get Next To You », « I'm Gonna Make You Love Me » avec Diana Ross & The Supremes), Lionel Richie, anachronisme volontiers pardonné, (« Three Times A Lady », « Endless Love » avec Diana Ross) et toutes les stars ensemble pour un rappel de folie qui fait bondir les jeunes (et les moins jeunes) anglaises (« Dancing In The Streets », « Just My Imagination » et « Ain't No Moutain High Enough »), vous ne le regretterez pas.


© Boris Plantier