Charles Bradley - No Time for Dreaming (2011)

Lundi 18 Avril 2011

♥♥♥♥ Charles Bradley nous offre avec ce No Time for Dreaming (2011) un grand moment de soul façon James Brown. Une production Daptone aux sonorités 60s.


Charles Bradley - No Time for Dreaming (2011)
Le label new-yorkais Daptone a le chic pour trouver des chanteurs et chanteuses soul expérimentés, charismatiques et totalement inconnus. Après avoir révélé Sharon Jones et Lee Fields, Daptone nous fait découvrir Charles Bradley, un chanteur de 62 ans dont les traits, la voix et les textes ne trompent pas : l’homme a vécu une vie difficile. Il ne s‘agit donc pas de soul pour faire joli mais d‘une vraie soul qui sort des tripes, le témoignage émouvant d’un looser comme on en voit tant dans les rues des grandes villes américaines. On pense souvent à James Brown en entendant Charles Bradley. L’influence du parrain de la soul est évidente. Quant à l’orchestration, elle est délicieusement rétro comme souvent dans les productions Daptone. On jurerait que ce disque a été enregistré dans les 60s. C’est du grand art, un festival de cuivres et d’orgue Hammond avec, sur chaque titre, un de ses effets sonores obsédants en arrière-fond qui font le bonheur des sampleurs et donnent plus de profondeur aux morceaux. Guère de point faible à ce disque, toutes les chansons sont à écouter notamment « The World (Is Going up in Flames) », « Golden Rule », la superbe ballade « Lovin’ You, Baby », « Since Our Last Goodbye », un instrumental à la rythmique tropicale ou « Heartaches and Pain », chanson émouvante dans laquelle Charles Bradley évoque l’assassinat de son frère.


1 - The World (Is Going up in Flames)
2 - The Telephone Song
3 - Golden Rule
4 - I Believe in Your Love
5 - Trouble in the Land
6 - Lovin’ You, Baby
7 - No Time for Dreaming
8 - How Long
9 - In You (I Found a Love)
10 - Why Is It So Hard
11 - Since Our Last Goodbye
12 - Heartaches and Pain


Bookmark and Share



Boris Plantier