Andrew Gold

Dimanche 5 Juin 2011

Multi-instrumentiste, compositeur et chanteur, Andrew Gold fut un musicien recherché. Il participa activement à la réussite de Linda Ronstadt dans les 70s avant de se lancer dans une carrière en solo puis de monter les groupes Wax et Bryndle.


Andrew Gold est né à Burbank en Californie le 2 août 1951. Ses parents font tout deux carrière dans la musique. Son père est le compositeur de musiques de films Ernest Gold, auteur d’une centaine de bandes son qui lui permirent de rafler un Golden Globe et un Oscar. Sa mère est la chanteuse soprano Marni Nixon qui doubla de nombreuses actrices pour des numéros musicaux (Deborah Kerr dans Le Roi et moi, Natalie Wood dans West Side Story ou encore Audrey Hepburn dans My Fair Lady). Rien d’étonnant donc à ce qu’Andrew Gold s’intéresse à la musique et se révèle un compositeur précoce : il écrivit ses premières chansons à l’âge de 13 ans !

Andrew Gold débuta à Los Angeles à la fin des années 60, se mettant au service de différents musiciens sur scène et en studio. Parallèlement à cela, il forma le groupe folk/rock Bryndle avec Kenny Edwards, Karla Bonoff et Wendy Waldman. Bryndle enregistra un album qui ne vit jamais le jour avant de se séparer. Andrew Gold et Kenny Edwards formèrent un autre groupe nommé The Rangers avant que les deux musiciens ne soient recrutés par Linda Ronstadt. La chanteuse fit aussi appel à Wendy Waldman et à Karla Bonoff, sans doute sur les conseils d’Andrew Gold qui devint vite un élément essentiel du groupe de Linda Ronstadt. Sur les albums Heart Like a Wheel, Prisoner in Disguise et Hasten Down the Wind, il fut arrangeur, compositeur et joua de différents instruments (guitare, piano, clavinet, batterie, ukulele, tambourin). Andrew Gold accompagne également Linda Ronstadt dans ses tournées, remplissant les stades d’Amérique et d’ailleurs.

En 1975, Andrew Gold enregistra son premier album solo intitulé Andrew Gold avec le soutien de Linda Ronstadt qui participa à l’enregistrement comme le reste du groupe. Andrew Gold continua à accompagner Linda Ronstadt tout en effectuant les premières parties des concerts de la chanteuse. Ce premier album contient notamment le très réussi « That’s Why I Love You » (#68). Le deuxième album, intitulé What’s Wrong with this Picture (1976) connut un grand succès aux États-Unis et en Grande-Bretagne grâce au succès du très accrocheur « Lonely Boy » (7). Le grand album d’Andrew Gold arrivera deux ans plus tard. All This and Heaven Too (1978) contient l’entraînant « How Can This Be Love », le superbe « Thank You for Being a Friend » (#25) sur lequel on retrouve des réminiscences des Beach Boys, « Never Let Her Slip Away » (#67), une mélodie pop subtile avec dans les chœurs Freddie Mercury, et la belle ballade « Genevieve ».

Les albums qui suivront ne connaîtront pas le même succès malgré quelques très bonnes chansons. Mais qu’importe, Andrew Gold a plus d’une corde à son arc. Il continue sa carrière de musiciens de session et de roadie. On le retrouve ainsi aux côtés des Brian Wilson, de Paul McCartney, d’Art Garfunkel, des Eagles, de Jackson Browne, de James Taylor, de Joni Mitchell, d’Eric Carmen, de Stephen Bishop, de Vince Gill, de Wynonna Judd, de Trisha Yearwood ou encore de Céline Dion.

Dans les années 80, manquant de peu de rejoindre le groupe britannique 10CC dont il est un grand fan, il forma le duo Wax avec Graham Gouldman (10CC). Ensemble ils enregistrèrent deux albums qui leur donnèrent deux hits : « Right Between the Eyes » (#43) et « Building a Bridge to You Heart ». Cette dernière chanson se trouve sur l'album America English.

Dans les années 90, on se souviendra de sa participation à la bande son du film Cry Baby pour laquelle il forme avec Timothy B. Schmitt (The Eagles) et Gerry Beckley (America) le groupe pop très 60s Baldwin & the Whiffles et reprend les chansons « Sh Boom » et « Mr Sandman ». Après ce projet, il reforma Bryndle avec lequel il enregistra un album avant de quitter le groupe.

Andrew Gold est mort d’une crise cardiaque le 3 juin 2011.


Bookmark and Share


Boris Plantier