America au Trianon (Paris)

Lundi 4 Août 2014

Le samedi 2 août 2014, America donnait un concert au Trianon. L’occasion de voir sur scène ce célèbre représentant de la musique californienne des années 70-80.


Pas facile de remplir une salle au mois d’août à Paris. Il restait de la place pour voir America au Trianon. Cela n’a pas empêché le public de venir en nombre pour assister à ce concert de l’un des plus fameux représentants de la scène west-coast. Un public de 50 ans et plus, souvent anglophone.

Ce soir-là, Gerry Buckley et Dewey Bunnell, au chant et à la guitare acoustique, étaient accompagnés de 3 musiciens (un batteur, un guitariste et un bassiste claviériste). Pendant une heure et demi, le duo a fait revivre l’Amérique des années 70 avec son folk-rock à mi-chemin entre les Beatles et Crosby, Still, Nash & Young. Bien évidemment, le groupe a joué ses hits. La liste est longue : « A Horse with No Name », « Sister Golden Hair », « You Can Do Magic », « Ventura Highway », « Tin Man », « Lonely People », « Only in Your Heart », « Daisy Jane », « Sandman », « Woman Tonight », « I Need You », « The Border ». Le public se laisse bercer, sous le charme de ces belles mélodies, de ces harmonies vocales, de cette apparente simplicité et de cette innocence propre à la musique des années 70.

America a aussi interprété quelques chansons moins connues comme « Cornwall Blank » ou « Riverside » et « Three Roses » que l’on retrouve sur le tout premier album du groupe sorti en 1971. On retrouvait également sur la setlist des reprises : « California Dreamin’ » des Mama’s & Papa’s qu’America avait enregistré en 1979 mais aussi des reprises issues du cover album Back Pages sorti en 2011 avec notamment le « Woodstock » de Joni Mitchell.

Au final, une très belle soirée d’été grâce à America qui a joué le soft rock paisible qui est sa marque de fabrique mais a aussi livré une prestation plus rock qu’à l’accoutumé en laissant le champ libre à son jeune guitariste. Ce punch inattendu fut une vraie bonne surprise.


Bookmark and Share


Boris Plantier