24 Hour Party People

Samedi 17 Octobre 2009

Connaissez-vous vos classiques de la New Wave britannique ? Quelle que soit votre réponse, 24 Hour Party People est un film à voir. Avant tout car Michael Winterbottom (qui aime changer de registre, on lui doit Jude l'obscure) joue avec le spectateur dans son film. Pas vraiment une fiction, pas vraiment un documentaire. Qu’est-ce que ce film ?


24 Hour Party People
Le point de départ, c'est un portrait de Tony Wilson, figure emblématique de la musique anglaise de la fin 70s 80s, alors qu'il n'est même pas musicien. C'est un journaliste, passionné d'une musique en train d'émerger en 1976 sous la houlette des Sex Pistols. Le film trace son parcours, de 1976 lorsqu'il commence à s'impliquer dans la production et le parrainage d'artistes, jusqu'aux années 80 où le déclin va pointer le bout de son nez.

A travers Wilson, génialement incarné par le comédien anglais Steve Coogan, Winterbottom dresse le portrait d'une Angleterre accueillant un nouveau courant musical, plus spécialement de Manchester, ville d'où vont émerger la plupart des artistes qui vont créer la musique anglaise dans les années 70 et 80 : Joy Division, Happy Mondays…...

Winterbottom le dit lui-même, à travers Wilson, il préfère la légende à la vérité, donc il ne faut pas se fier à tout ce qu'on voit dans 24 Hour Party People. Mais il met une telle énergie, un tel rythme musical, une telle nostalgie dans son regard sur une époque révolue, qu'on ne demande qu'à croire ce que l'on voit.

La DV rajoute encore plus de force à l'aspect documentaire de ce film qui finalement se révèle être une bonne reconstitution de la légende de la New Wave anglaise. L'occasion de découvrir un mouvement musical, ou de se replonger dans nos souvenirs.


24 Hour Party People (2002) - Grande-Bretagne, de Michael Winterbottom, avec Steve Coogan, Shirley Henderson, Andy Serkis, John Thomson.


Bookmark and Share


David Tredler